Vidéos : Des chevaux de course qui ne veulent pas mourir sont tués de façon cruelle
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Des chevaux de course qui ne veulent pas mourir sont tués de façon cruelle

Les pires horreurs!

Publié le par Ayoye Monde dans Vidéos
Partager sur Facebook
4,208 4.2k Partages

L'association L214 a diffusé une vidéo difficile à regarder sur les médias sociaux, il y a quelques jours. Sur ces images tournées dans un abattoir de chevaux entre les mois d'août et de novembre dernier, on voit les pires horreurs. TVA Nouvelles a partagé ces informations. 

Des poulains et des chevaux âgés, parfois blessés, sont abattus en ayant le crâne perforé ou sont poignardés dans cet abattoir d'Equevillon (Jura), en France.

« Dans cet abattoir de chevaux du Jura, pas de cadences infernales ni de manquements à la réglementation. Seulement des animaux terrorisés à qui on prend la vie ? Peut-on tuer avec respect un animal qui ne veut pas mourir? » a écrit l'organisme en partageant la vidéo.

Pour Sébastien Arsac, cofondateur de L214, « les employés se sont comportés plutôt de façon conforme à la réglementation. Le contrôle de conscience est fait systématiquement », mais les gens sont plus sensibles à la mort de chevaux qu'à celle d'un cochon. 

« On donne un nom au cheval. Il a une individualité due à sa proximité avec l'homme. On n'utilise pas le cheval que pour sa viande, on l'utilise dans les centres équestres ou encore les courses », a-t-il affirmé.  

« Les images sont choquantes, car la violence est inhérente aux abattoirs. Que les abattoirs se conforment à la loi ou non, on ne pourra jamais tuer avec respect un être sensible qui ne veut pas mourir. »

Voici la vidéo si vous souhaitez la visionner. Nous préférons vous avertir que ces images sont très dures et difficiles à regarder. Elles pourraient heurter la sensibilité de certains internautes. 

La Fondation 30 Millions d'amis demande maintenant au monde des courses de réagir. Ils souhaitenant que les entreprises offrent « une retraite bien méritée aux chevaux de courses » qui « ont rapporté des gains considérables à leur propriétaire » durant leur carrière. 

« Un certain pourcentage des sommes engendrées par les courses pourrait être affecté à leur retraite bien méritée », a écrit Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d'amis. 

Reha Hutin a elle-même recueilli « 800 chevaux sauvés de l'abattoir ou saisis sur décision de justice, à des éleveurs sans scrupules » et elle propose « dans le prolongement de nos actions en faveur des équidés (...) de mettre en place un éventuel partenariat (...) loin de la cruauté des abattoirs qui a tant choqué des millions de personnes ». 

« Je sais que dans votre secteur d'activité, il y a aussi de très belles histoires de personnes qui se soucient de la retraite des équidés et qui seraient très sensibles à un tel projet », a-t-elle ajouté.

Partager sur Facebook
4,208 4.2k Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Capture d'écran