Showbiz : «Il faut finir par ouvrir les écoles, non?» lance un médecin qui propose de répandre de manière «contrôlée» l'infection

«Il faut finir par ouvrir les écoles, non?» lance un médecin qui propose de répandre de manière «contrôlée» l'infection

Les parents ne la trouvent pas drôle...

Publié le par Ayoye Monde dans Showbiz
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Hier, après une conférence de presse du Premier Ministre François Legault, on a clairement pu constater que les Québécois n'étaient pas chauds à l'idée de renvoyer les enfants à l'école prochainement. Une pétition web contre la réouverture a même atteint plus de 112 000 signatures en moins de 20 heures...

Vraiment, les Québécois sont terrorisés à l'idée de renvoyer leurs enfants à l'école... 

Mais le docteur Alain Vadeboncoeur, lui, semble comprendre la stratégie qui se cacherait derrière ce choix. 

Voici ce qu'il écrit à ce sujet sur sa page Facebook.

"Ouverture des écoles en mai? En l'absence d'explication, je spécule un peu pour essayer de comprendre. Le raisonnement choisi pourrait être le suivant: primo, tant qu'on n’a pas l'immunité ou un vaccin, l'infection va rester très difficile à "contrôler" sans mesures de distanciation. Mais le vaccin n'étant pas pour demain, il faudrait maintenir la distanciation très longtemps. Et le vaccin n'est pas garanti non plus...

Or, d'une part, il faut finir par ouvrir les écoles, non? Dans ce contexte, comment trouver une manière de développer l'immunité sans catastrophe? Comment répandre de manière "contrôlée" l'infection. Si on les ouvre en mai-juin, pour deux mois, on a ensuite l'été pour "s'en remettre", des mois où généralement ce genre d virus se répand moins rapidement. Puis on ouvre ensuite à l'automne, avec une partie des enfants immunisée, et donc une poussée moindre à l'automne.

Si, par contre, on ouvre seulement à l'automne, avec une montée virale dans les mois qui suivent, en plein hiver, qui favorise généralement la propagation virale, cela pourrait être un pire scénario.

PS: Et en plus, à l'automne, la grippe sera là. Si c'est une mauvaise saison de grippe, ça pourrait frapper un peu trop fort." -Alain Vadeboncoeur, Facebook

Évidemment, sa publication a provoqué de nombreuses réactions de parents apeurés, mais le docteur Vadeboncoeur a répondu à plusieurs d'entre eux. Et il leur a répété essentiellement toujours la même chose: le problème sera peut-être encore pire en automne, et rien ne garantit l'arrivée d'un vaccin... même d'ici un an et demi. Il faudra apprendre à composer avec la maladie. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Facebook