Showbiz : Denis Lévesque: « Et d’ailleurs, si je n’avais pas arrêté, je serais mort. »
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Denis Lévesque: « Et d’ailleurs, si je n’avais pas arrêté, je serais mort. »

Des propos bouleversants...

Publié le par Ayoye Monde dans Showbiz
Partager sur Facebook
189 189 Partages

Denis Lévesque est l'une des personnalités les plus attachantes du monde médiatique québécois. Et en plus d'être l'un des meilleurs intervieweurs au pays, il est également un artiste incroyable, lui qui lance ces jours-ci son deuxième album. Mais l'homme posé et rassurant qu'il est aujourd'hui n'a pas toujours été aussi sage.

En entrevue avec Sophie Durocher sur les ondes de la radio numérique QUB, l'animateur a fait des révélations bouleversantes.Il s'est confié avec émotion sur ses problèmes de consommation qui ont failli ruiner sa vie il y a une trentaine d'année.

Sobre depuis 33 ans, Denis Lévesque s'est confié à Sophie Durocher sur le fait qu'après le suicide de l'un de ses amis, il s'est permis de se rapprocher de ses émotions et s'est mis à assumer de plus en plus son côté artiste.

 «Est-ce que tu es en train de dire que si tu n’avais pas été alcoolique tu ne serais pas l’intervieweur que tu es aujourd’hui?», a demandé Sophie Durocher.

«C’est sûr», a rétorqué Lévesque. «Et d’ailleurs, si je n’avais pas arrêté, je serais mort. Je ne serais pas intervieweur, point.» À ce moment, l'animatrice a tenu à faire répéter à son invité ce qu'il venait de dire pour s'assurer qu'elle avait bien compris. «Si tu n’avais pas arrêté de boire, tu serais mort?»    «En tout cas, j’ai des amis qui le sont», a alors témoigné Lévesque. 

Quelle belle force de caractère de la part de Denis Lévesque d'avoir réussi à surmonter ses démons pour arrêter complètement de boire. Voilà un bel exemple de courage, de force de caractère et de volonté qui nous démontre que même lorsqu'on a une addiction forte envers quelque chose, même lorsqu'on se dit qu'on est impuissant et que ce qu'on doit affronter semble trop difficile, il y a toujours moyen de s'en sortir. C'est vrai que parfois ça prend des épreuves comme celle du suicide de l'ami de Denis Lévesque. La vie nous teste, elle nous met des défis importants sur notre chemin. Mais c'est de la façon dont on est capable de se relever de ces épreuves qui détermine la grandeur et la force de notre caractère.

Bravo, Denis!

Partager sur Facebook
189 189 Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Facebook