Nouvelles : À un policier, vous pouvez dire «décrisse, mon tabarnak!», mais pas le traiter de «douchebag»

À un policier, vous pouvez dire «décrisse, mon tabarnak!», mais pas le traiter de «douchebag»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Parfois, le ton monte entre les citoyens et les policiers à un tel point que les premiers peuvent se montrer vulgaires avec les seconds. Toutefois, il a une différence entre le sacre et l'injure à un tel point qu'on peut dire à un policier « Décrisse d’icitte, mon tabarnak ! » sans être sanctionné.

C'est La Presse qui rapporte cette nouvelle qui va intéresser tous ceux qui ont déjà perdu leur calme lors d'une interaction avec les forces de l'ordre. Si vous pensiez qu'il faut avoir un langage châtié lorsque vous parlez à un policier, ce n'est pas du tout le cas puisque le quotidien nous apprend qu'on peut dire à un policier « Décrisse d’icitte, mon tabarnak ! » sans être sanctionné.  D'ailleurs, ce sont les propos tenus par un homme de 70 ans à un policier et le 4 septembre dernier, un tribunal l'a acquitté sous prétexte que «les citoyens ont le droit de s'exprimer sur le travail des policiers et tous n'ont pas un langage châtié ou diplomatique». Ici, on voit simplement cette expression comme un sacre.

Même chose si vous dites à un policier qu'il est «zélé» et/ou «susceptible» raconte La Presse. En effet, cela ne constitue pas des injures, il s'agit d'une opinion sur son travail. Le quotidien explique que c'est la même chose aussi si vous faites des commentaires sur leur tenue, il ne s'agit pas d'une insulte, mais là encore d'une opinion. Le constat est le même si vous lui dites de «faire son travail». Pareil si vous qualifiez une action de policier de «lâche».

À l'inverse, La Presse explique que vous serez reconnu coupable d'injure si vous traitez un policier de «estie de gros douchebags». Le quotidien explique qu'en novembre 2018, un jeune homme avait été reconnu coupable d'injure à agents lorsqu'il avait lancé cette formule à deux policiers. Ici, il faut voir les mots «douchebags» et «gros» comme de véritables insultes. Même chose si vous dites à un policier «va chier gros cave», vous serez coupable. Même chose si vous faites un doigt d'honneur à un policier.

Par contre à l'inverse, La Presse raconte qu'un homme a été acquitté pour avoir traité de «ostie de baveux» un policier qui se serait montré déplacé envers son père âgé d'un certain âge. Le quotidien explique que «baveux» signifie «arrogant», il ne s'agit donc pas d'une insulte. Il n'y a donc pas de raison de sanctionner l'homme en question. 

La Presse souligne qu'il y a tout de même des nuances et prend l'exemple des termes «mangeux de marde»  et «tas de merde». Dans une affaire pour excès de vitesse, un policier affirme qu'une automobiliste l'a traité de «mangeux de marde» alors que cette dernière affirme qu'elle l'avait simplement remercié pour le »tas de merde» qu’il lui avait offert pour son anniversaire. Dans un premier procès qui ne croyait seulement que la version du policier, l'automobiliste a été condamné pour injure, mais la décision a été annulée en appel parce que «tas de merde» n'est pas une insulte, mais plutôt un synonyme de «problèmes».

En espérant que cela ne vous rend pas agressif envers les forces de l'ordre. Il est juste important de savoir ce que vous pouvez dire et ne pas dire à un policier. De manière générale, on a plus de chance d'avoir ce que l’on le veut dans la vie en restant poli.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse
Crédit Photo: Adobe Stock