Nouvelles : Une quincaillerie vend des milliers de masques N95 au grand public malgré l'appel du gouvernement

Une quincaillerie vend des milliers de masques N95 au grand public malgré l'appel du gouvernement

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une quincaillerie montréalaise vend par milliers des masques N95, alors que le gouvernement Legault a publiquement réclamé de réserver ce matériel au personnel médical.

C'est la quincaillerie Parc et Bernard, un magasin affilié à Home Hardware, qui a décidé de mettre en vente son inventaire de masques N95 en le destinant au grand public. Selon ce qu'a indiqué ICI Radio-Canada, le commerce aurait écoulé 5000 exemplaires, alors qu'il dit en attendre encore près de 20 000.

Depuis le début de la crise de la COVID-19, le gouvernement Legault a insisté à plusieurs reprises afin que l'utilisation des masques N95 soit réservée au personnel médical, étant donné leur rareté. 

Guy Boucher, qui est directeur de l’entreprise et qui fait directement affaire avec un fournisseur basé en Chine, du côté de Shenzhen, a été contacté par ICI Radio-Canada et celui-ci a tenu à se défendre quant à sa décision de vendre les masques N95, au lieu de les réserver à l'attention du personnel médical: "C’est pas tout le monde qui a le guts de le faire. J’ai déjà fait de l’import et je sais un peu comment ça fonctionne. [...] On est une petite PME. On n’est pas des gros Jean Coutu ou des grosses corporations avec des milliards de chiffres d’affaires. Moi, je ne peux pas donner mon stock."

Selon ce qu'a révélé Boucher, l'entrepreneur serait en discussion afin de venir en aide aux hôpitaux montréalais Sainte-Justine et du Sacré-Cœur. Du côté du Centre hospitalier Sainte-Justine, l'établissement a confirmé avoir discuté avec Boucher d'un éventuel achat de 300 masques, tandis que l’hôpital du Sacré-Cœur n'a pas voulu commenter publiquement cette histoire.

À ce sujet, l'entrepreneur a expliqué: "J’y allais avec une marge minimale pour aider les hôpitaux. On s’arrange pour être très, très raisonnable. On leur fait des prix logiques, affirme-t-il, ce n'est pas des prix exagérés, [mais] le prix augmente de jour en jour, le transport augmente de jour en jour."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock