Nouvelles : Une Québécoise meurt assassinée à Cuba.

Une Québécoise meurt assassinée à Cuba.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Affaires mondiales Canada a confirmé qu’une Montréalaise de 52 ans avait été assassinée lors d’un voyage à Cuba.

La femme de 52 ans nommée Antoinette Traboulsi devait passer ses vacances dans un gîte touristique à proximité d’une plage de Varadero, mais elle a été portée disparue samedi dernier, alors qu’elle était arrivée à destination la veille seulement.

Mélissa Martineau, une amie et collègue du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île de Montréal, a expliqué à TVA Nouvelles les circonstances dans lesquelles les proches de Mme Traboulsi ont réalisé que la situation était anormale : « Elle y va trois ou quatre fois par année pour faire la fête. Elle a toujours une chambre là. […] Elle venait généralement chez moi tous les jours. J’étais un peu inquiète qu’elle ne soit pas venue samedi et qu’elle n’appelle pas. Je suis allée voir au gîte et elle n’était pas. »

C’est la mère de Mme Traboulsi qui a probablement été la dernière personne à communiquer avec elle. Les deux femmes s’étaient parlé au téléphone le samedi matin, vers 11h15.

Mme Traboulsi a été aperçue pour la dernière fois sur le site de la plage publique, au coin de la Calle 21 et de l’Avenida 1era.

Le cousin de Mme Traboulsi, Sami Soussa, a expliqué que la famille avait été informée de sa disparition dans la journée de lundi, puis mardi, les proches de la disparue allaient apprendre la nouvelle que personne ne voulait entendre : « J’ai une connaissance dont le père est policier là-bas. Il m’a confirmé que c’était bien elle. Elle avait des blessures au visage, le bas de son bikini est introuvable. Ça ressemble à un meurtre. C’est un petit gars de 15 ans qui marchait sur la plage qui aurait vu un membre dépasser du sable. […] À l’Ambassade, on nous dit qu’ils communiquent seulement avec la personne d’urgence qui est écrite sur son passeport. Nous, on est là dans le néant. Je veux juste savoir ce qui s’est passé. Je veux qu’on la rapatrie et qu’on trouve le coupable. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie