Nouvelles : Une prisonnière violée par des policiers

Une prisonnière violée par des policiers

C'est dégueulasse.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,509 1.5k Partages

Une femme prisonnière aurait été victime d'un viol collectif alors qu'elle se trouvait dans un hôpital pour recevoir des soins. Ses agresseurs? Deux policiers! 

La femme était emprisonnée au pénitencier de Sitamarhi dans le district de Bihar en Inde où elle purgait une peine pour kidnapping en attendant son procès, d'après le Bihar Port. Elle a été conduite au Sri Krishna Medical College and Hospital (SKMCH) près de Muzaffarpur. Elle avait été transférée à l'hôpital après que son état de santé se soit détérioré le 11 novembre dernier. 

C'est là qu'elle aurait été traînée de force dans une toilette par les agents pour y être violée, le 14 novembre dernier. La police mène actuellement une enquête sur cette affaire, après avoir reçu une lettre provenant de la direction de la prison. 

Tejashwi Yadav, le leader de l'opposition, a accusé le ministre en chef du Bihar, Nitish Kumar, d'avoir perdu le contrôle du système carcéral, d'après NDTV.  

34 fillettes violées dans des orphelinats

La ville de Muzaffarpur est déjà secouée par les viols collectifs présumés et les possibles actes de torture et de cruauté sur 34 fillettes habitant dans deux orphelinats indiens. Ces orphelinats pourraient faire partie d'un important réseau de prostitution. Le quotidien DNA a révélé que 14 fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions en août « pour ne pas avoir réagi à la révélation, en juin, de viols » des 34 fillettes dans un établissement de Muzaffarpur, dans l’État du Bihar. De plus, « trois agents publics ont été à leur tour suspendus et trois membres d’une famille arrêtés » en tant que responsables d’un orphelinat situé à Deoria, en Uttar Pradesh, toujours au mois d'août dernier.

Dans cet établissement d'Uttar Pradesh, « 24 filles âgées de 15 à 18 ans ont été libérées d’un réseau » de prostitution et 18 autres manquaient à l’appel. Les victimes ont raconté à la police que « des voitures blanches, noires et rouges » venaient les chercher, chaque jour, vers 16 heures. La directrice de l’orphelinat les accompagnait et les ramenait le lendemain matin. 

« On avait mal et généralement on pleurait », a raconté l’une des victimes. Une autre a affirmé avoir été forcée à avoir un rapport sexuel avec un homme :  « Celles qui n’obéissaient pas aux ordres de la dame étaient privées de nourriture pendant plusieurs jours, jusqu’à ce qu’elles cèdent. »

Viols en Inde 

« Selon des statistiques rendues publiques en novembre, plus de 338 000 crimes commis contre des femmes ont été enregistrés en 2016, dont plus de 110 000 cas de violences infligées par le conjoint ou par d’autres membres de la famille. En réponse à des requêtes introduites devant les tribunaux pour réclamer la criminalisation du viol conjugal, les autorités centrales ont déclaré qu’une telle mesure risquerait de @ déstabiliser l’institution du mariage " », explique Amnistie Internationale sur son site Internet.

« En janvier, quatre femmes adivasis de Dhar (Madhya Pradesh) ont affirmé avoir été victimes d’un viol collectif commis par des policiers. En mars, des villageois adivasis du district de Sukma (État du Chhattisgarh) ont accusé des membres des forces de sécurité d’avoir violé en réunion une adivasi âgée de 14 ans. Deux paramilitaires ont été arrêtés en septembre ; ils étaient soupçonnés d’avoir tué une femme, d’avoir violé son amie et de lui avoir jeté de l’acide en juillet dans l’État du Mizoram. »

Partager sur Facebook
1,509 1.5k Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Capture d'écran