Nouvelles : Une nymphomane complètement accroc à la porno dès l'âge de 12 ans ne pouvait même plus se lever du lit

Une nymphomane complètement accroc à la porno dès l'âge de 12 ans ne pouvait même plus se lever du lit

Elle raconte sa vie et les détails sont très troublants.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,247 1.2k Partages

Erica Garza, 35 ans, a écrit un livre pour décrire ce qu'elle a vécu.

Dès l'âge de 12 ans, Erica est devenue dépendante à la porno et au sexe provoquant «un mélange complexe de honte et d'excitation».

Elle a commencé à écouter des films XXX en cachette, quand ses parents étaient endormis, dans la résidence familiale à Los Angeles. 

Puis, avec l'explosion d'Internet, elle a eu accès à du contenu pornographie de plus en plus extrême. 

À 17 ans, elle a perdu sa virginité.

Dans la vingtaine, Erica organisait des fêtes et couchait avec des hommes différents plusieurs fois par semaine et leur montrait sa collection de vidéos pornos. 

«Et chaque fois que je faisais ces choses, ou que je confessais que je détestais les préservatifs, ou que j'avais une libido inhabituellement élevée, j'espérais que les gars m'aimaient encore plus qu'ils ne le pensaient», explique-t-elle. «J'étais l'un d'entre eux, pensais-je, et pas comme les autres filles. Quand mes confessions provoquaient des rires, des high-fives ou des hochements de tête, je ressentais quelque chose de fort que je pensais être une certaine intimité.»

Dans son livre, Erica parle ouvertement de sa vie sexuelle. Par exemple, elle décrit comment Clay n'arrivait pas à la satisfaire au lit alors elle se donnait des organes elle-même en visionnant des vidéos porno «dans l'endroit humide du lit».

«Une fois avec un clip de trois minutes d'une pom-pom girl adolescente ayant des rapports sexuels avec son beau-père sur le comptoir de la cuisine pendant que sa mère prenait une douche à l'étage, puis encore à la simple pensée que j'étais une pauvre fille pour permettre à un gars comme Clay de m'utiliser pour de sexe.»

Dans le même segment, elle a décrit sa scène préférée impliquant «deux femmes en sueur, 50 hommes excités, un entrepôt, un harnais, un sèche-cheveux et un taxi».

«Vous pouvez tout assembler d'une douzaine de manières différentes et je parie que vous ne pouvez toujours pas imaginer à quel point la scène est révoltante», a-t-elle dit. 

Erica était tellement accro à la porno qu'elle préférait en consommer seule chez elle plutôt que de sortir. 

«J'annulais tous mes plans et obligations pour la journée parce que je préfèrais rester au lit avec des clips haute définition de secrétaires coquines, d'infirmières aux gros seins, de pom-pom girls incestueuses, de fêtards ivres et de sales prostituées thaïlandaises.» 

Un jour, Erica a décidé de partir à Bali en Indonésie, dans un voyage qui pourrait peut-être l'aider à vaincre sa dépendance. C'est là-bas qu'elle a rencontré l'homme qui deviendrait son mari, Willow Neilson. 

Erica, qui est une nouvelle maman, dit qu'elle utilise maintenant la pornographie de façon «saine». 

«En tant que nouveaux parents qui essaient de dormir un peu et de se précipiter entre les couches et les tétées, nous utilisons parfois la pornographie comme un catalyseur pour nous glisser dans un mode sexy avec aisance. Après, Willow dans mes bras, nos vêtements tachés de vomi dans un tas à côté du lit, je me sens parfois coupable. Mais nous aurons alors un de ces jours miraculeux, où le bébé sera bien reposé et nous aussi. Il n'y a pas besoin de se précipiter ou de penser à ce que nous faisons mal - et je peux voir une lueur de l'avenir prometteur qui nous attend.» 

Partager sur Facebook
1,247 1.2k Partages

Source: DailyMail · Crédit Photo: Facebook