Nouvelles : Une jeune Québécoise perd 100 livres durant la pandémie

Une jeune Québécoise perd 100 livres durant la pandémie

Une transformation impressionnante!

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que plusieurs ont pris du poids durant la pandémie, d'autres ont profité de ce moment pour changer leurs habitudes de vie pour le mieux. C'est notamment le cas de Megan Pigeon, qui a réussi à perdre 100 livres en un an, rapporte le Journal de Québec. 

L'étudiante de 24 ans explique que son surplus de poids la rendait malheureuse depuis longtemps. « Cette année a été très importante pour moi ! Mon surplus de poids me rendait malheureuse depuis longtemps. Avec le confinement et la vie sur pause, je n’avais plus d’excuses pour ne pas changer mes habitudes et j’ai décidé de prendre soin de moi et de ma santé. Avant, j’avais toujours l’excuse que j’étais trop occupée pour faire des changements, la pandémie m’a donné ce temps et le contexte était parfait. Depuis avril 2020, j’ai changé mon alimentation et j’ai intégré l’activité physique à mon quotidien », explique-t-elle au Journal de Québec. 

Son poids il y a un an ? 265 livres. « J’ai tenté plusieurs régimes sévères au secondaire, notamment des « shakes » protéinés, mais je reprenais toujours le poids perdu. Je n’étais pas confortable à ce poids, je portais des vêtements amples, je ne voulais jamais me mettre en maillot ni prendre des photos de moi. Aujourd’hui, j’en suis à 165 livres et je maintiens mon poids », dit-elle fièrement. 

Crédit photo: Courtoisie

Elle explique ressentir beaucoup de bienfaits sur sa santé. « J’ai beaucoup plus d’énergie, mes règles sont revenues régulières aussi. Je suis plus productive et plus concentrée. Au secondaire j’ai eu un diagnostic de TDA (trouble de déficit d’attention) et j’ai pris de la médication pendant des années. En juin dernier, j’ai pu cesser la médication. J’en suis actuellement à ma troisième année universitaire et mes résultats sont très bons. Puisque les cours sont maintenant à distance, je vais toujours à l’extérieur entre deux cours et cela me permet de revenir plus attentive et à l’écoute. J’ajouterais aussi que mon sommeil est beaucoup plus réparateur qu’auparavant. Avant, je me réveillais le matin avec une alarme et j’étais toujours épuisée même après une bonne nuit de sommeil. Maintenant, je me réveille par moi-même et je suis prête à entamer mes journées avec optimiste et énergie », énumère la jeune fille. 

Crédit photo: Courtoisie

Lisez son entrevue complète ici

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Québec · Crédit Photo: Courtoisie