Nouvelles : Une jeune infirmière antivaccin meurt après avoir attrapé la COVID-19

Une jeune infirmière antivaccin meurt après avoir attrapé la COVID-19

Son décès a créé une onde de choc

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une infirmière anti-vaccin est morte samedi, en Louisiane, des suites de la COVID-19, rapporte La Presse. 

Olivia Guidry essayait de convaincre ses proches de refuser le vaccin, l'an dernier. 

« Aujourd’hui est un jour triste pour ma famille aux urgences et moi-même. Liv, ton rire et ton sourire contagieux vont vraiment me manquer », a écrit sur Facebook son collègue Nick Berthelot. 

«  Les gens qui travaillent dans le secteur de la santé ne sont pas à l’abri de ces mythes. Ils sont partout sur les réseaux sociaux. Nous devons continuer à rencontrer les gens là où ils se trouvent, à écouter leurs inquiétudes et à fournir de bonnes réponses », a quant à lui déclaré en point de presse le responsable de la santé de l'État de la Louisiane, le Dr Joe Kanter.

Selon des médias américains, les parents et la soeur de l'infirmière ont également contracté le virus. 

Elle n'est pas la seule à refuser le vaccin dans cet État du sud des États-Unis. La tendance fait craindre aux experts une recrudescence de la pandémie avec le variant Delta.

Rappelons que la responsable des programmes de vaccination au département de la Santé du Tennessee, la Dre Michelle Fiscus, a été renvoyée lundi par le gouvernement républicain, Tennessee Bill Lee, sans raison. 

« J’ai peur pour mon État. Je suis en colère au nom des gens extraordinaires du département de la Santé du Tennessee qui ont été maltraités par un public mal informé et par des dirigeants qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts » a fait la Dre Fiscus à la suite de son congédiement. 

Même si la campagne de vaccination est en vigueur depuis 7 mois, seuls 42 % des 12 ans et plus dans l'État a reçu au moins une dose. L'État est parmi ceux qui comptent les taux de vaccination les plus bas au pays. Les infections y sont d'ailleurs en hausse de 2367 % entre la semaine du 7 juillet et la précédente. 

« Nous voyons déjà le variant Delta commencer à être très actif dans certains endroits du pays. Pourtant, dans beaucoup d’endroits où la vaccination est basse, les gens sont encouragés par leurs élus à se rassembler, à ne pas porter de masque, bref, à vivre leur vie comme avant. Cela crée davantage de possibilités de transmission du virus », explique à La Presse Shweta Bansal, professeure agrégée de biologie à l’Université de Georgetown et responsable du US COVID-19 Vaccination Tracking Project.

« Cela peut donner un faux sentiment de sécurité, surtout avec les variants. Nous sommes extrêmement chanceux d’avoir d’excellents vaccins, des vaccins qui donnent une immunité beaucoup plus forte que l’immunité que développe une personne qui a déjà eu la COVID-19. Donc même les gens qui ont eu la COVID-19 doivent se faire vacciner, et je ne crois pas que le message circule assez », ajoute la professeure.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook