Nouvelles : Une Canadienne brise sa quarantaine obligatoire pour retourner travailler dans une maison de soins.

Une Canadienne brise sa quarantaine obligatoire pour retourner travailler dans une maison de soins.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La police d'Ottawa a révélé qu'une femme de 53 ans d’Ottawa fait face à des accusations en vertu de la Loi fédérale sur la quarantaine, car celle-ci serait retournée travailler dans un foyer de soins de longue durée, alors qu'elle devait s’isoler pendant 14 jours après avoir voyagé à l’étranger.

Selon ce qu'a indiqué la police, c'est grâce à des renseignements en provenance du public que les forces de l'ordre ont été informées qu'une femme d’Ottawa qui s’était rendue à l’étranger et qui était retournée au Canada le 26 septembre n'avait pas respecté les obligations en vertu de la loi fédérale de respecter un isolement volontaire pendant 14 jours, soit jusqu’au 9 octobre dans ce cas.

La police a déclaré dans un communiqué: "La femme a décidé de ne pas respecter cette ordonnance et s’est rendue au travail le 30 septembre dans un établissement de santé de longue durée à Ottawa. Lorsque la direction a été informée de la situation, elle a été immédiatement renvoyée chez elle. L'établissement a immédiatement activé les protocoles d’auto-isolement et de nettoyage et a informé toutes les personnes qui avaient été en contact avec le sujet."

Selon la police, aucun des résidents de l’établissement de soins de longue durée n’a été contrôlé positif au COVID-19 à la suite du passage de l'employée.

La police d’Ottawa affirme qu’il s’agit de la première personne qu’elle a accusée en vertu de la Loi sur la quarantaine pendant la pandémie. Celle-ci devra donc faire face à des accusations de ne pas s’être conformée à l’article 58 de la Loi sur la quarantaine et de risque de mort imminente ou de lésions corporelles graves en vertu de l’article 67 de la Loi sur la quarantaine.

Si elle est trouvée coupable d'avoir causé un risque de mort imminente ou de lésions corporelles graves, la femme risque une peine maximale qui pourrait s'élever à une amende d’un million de dollars et trois ans d’emprisonnement. Pour ce qui est du non-respect de l'isolement volontaire pendant 14 jours, elle est passible d’une amende de 750 000 $ et d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois de prison.

La femme, dont l'identité n'a pas été révélée par les forces de l'ordre, doit comparaître en cour le 24 novembre.

Enfin, le bureau du maire d’Ottawa, Jim Watson, a publié une déclaration dans laquelle on apprend que "Le maire Watson a été troublé d’apprendre l’insouciance alléguée de l’individu en question. Ce type de comportement imprudent aurait pu nuire à leurs collègues et, plus important encore, aux résidents du foyer de soins de longue durée. Nous devons tous faire notre part pour limiter la propagation de COVID-19 dans notre communauté."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: iStock