Nouvelles : Un vaccin contre la COVID-19 qui utiliserait des nanoparticules est conçu par des Québécois

Un vaccin contre la COVID-19 qui utiliserait des nanoparticules est conçu par des Québécois

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le gouvernement fédéral a accordé un financement d’urgence à une équipe de chercheurs québécois et manitobains qui souhaite utiliser des nanoparticules dans le but de développer un nouveau vaccin contre la COVID-19.

Le groupe, qui est mené par Denis Archambault, professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et chercheur principal du projet, et dont fait partie le professeur du département de chimie de l’UQAM Steve Bourgault ainsi que deux chercheurs de Winnipeg, a obtenu une subvention d’un peu plus de 620 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

L'IRSC souhaite ainsi favoriser une "intervention de recherche rapide contre la COVID-19" qui pourrait être rendue possible grâce à l'utilisation d'une nanoparticule.

Les deux chercheurs québécois ont expliqué à La Presse que la nanoparticule servirait de squelette auquel on y attacherait "la fameuse protéine « S » du virus de la COVID-19, celle en forme de pic qui permet au virus d’infiltrer les cellules humaines" afin de la "présenter cette protéine aux cellules du système immunitaire afin qu’elles développent des défenses contre le véritable virus SARS-CoV-2 qui cause la COVID-19".

Selon Denis Archambault, si ce procédé s'avérait être une réussite, il pourrait se révéler doublement révolutionnaire: "On sait que notre nanoparticule, en plus de livrer la marchandise, stimule des éléments associés à la réponse immunitaire. On a donc une double action. En plus, on va travailler sur l’ingénierie de la protéine S pour la rendre encore plus immunogène."

D'ailleurs, le chercheur Denis Archambault travaille depuis longtemps sur un procédé similaire: "J’ai travaillé sur ce genre de virus pendant plus de 25 ans du côté animal. [...] Au lieu de mettre quelque chose qui provient de l’influenza aviaire sur notre nanoparticule, on va mettre quelque chose qui provient de la COVID-19."

Enfin, même si l'équipe de chercheurs n'est pas la seule à travailler sur un éventuel vaccin contre la COVID-19, Denis Archambault se dit déjà satisfait de pouvoir contribuer à cette mission importante: "On aimerait évidemment développer notre vaccin de A à Z. Mais si on contribue de quelque façon que ce soit, de façon si minime soit-elle, et que d’autres se servent de nos idées pour aller plus loin, personnellement, je serai très content."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock