Nouvelles : Un tétraplégique parvient à abattre un chevreuil à l'aide de sa bouche

Un tétraplégique parvient à abattre un chevreuil à l'aide de sa bouche

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un jeune homme tétraplégique est parvenu à tuer un chevreuil à l'aide d'une arbalète après quatre ans d’essais et erreurs.

C'est le 15 décembre 2015 que le destin de William Alain a été gravement bouleversé par un accident de motoneige qui l'a laissé paralysé des épaules aux orteils.

Le jeune homme, qui est aujourd'hui âgé de 23 ans et qui vit à Saint-Raymond, a expliqué au Journal de Montréal qu'il a alors décidé de continuer d'avancer: " Quand l’accident est arrivé, j’ai bien vu que ça ne donnait rien [de broyer du noir]. C’était plus avantageux de mettre mon énergie à modifier des affaires et continuer à faire des activités."

Dès la première saison de chasse, William est parvenu à accompagner ses proches à la chasse en installant son fauteuil sur une voiturette de golf, or le jeune homme avait de plus grandes ambitions pour l'avenir et il était ainsi bien déterminé à recommencer à chasser.

Crédit photo: Courtoisie

Au cours des quatre années qui ont suivi, William et son père ont développé un procédé lui permettant de chasser à nouveau. C'est donc en bougeant à l'aide de sa bouche une baguette qui déplace l’arme dans tous les axes que William peut diriger l’arbalète installée sur un trépied. Par la suite, William peut actionner la détente avec sa joue grâce à un module électrique de serrure de porte qui a été prélevé sur une voiture.

Mardi dernier, en fin d'après-midi, après toutes ces années à espérer, William parvenait enfin à abattre son premier chevreuil.

Enfin, le jeune homme s'est montré très reconnaissant auprès de son entourage en déclarant: "Ça rentre dedans, j’avais beaucoup de fierté, ç’a été toute une journée. [...] Tout le monde a mis les bouchées doubles. [...] En partant, c’est tout le monde autour de moi qui m’appuie et me soutient dans tout ce que je fais. Si j’étais tout seul, pas de famille et pas d’amis, je ne serais pas capable de faire toutes ces activités-là."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Courtoisie