Nouvelles : Un restaurant montréalais n'accepte plus les pourboires

Un restaurant montréalais n'accepte plus les pourboires

Pensez-vous qu'il faut mettre fin aux pourboires ?

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un restaurant montréalais qui a décidé cette semaine de rémunérer ses employés à un salaire fixe relance les débats au sujet des pourboires, rapporte Le Journal de Montréal.  

Sur les réseaux sociaux, les propriétaires du Larry's ont déclaré avoir pris cette décision afin d'assurer le bien-être de leurs employés. 

D'après François Meunier, vice-président aux affaires publiques de  l’Association Restauration Québec (ARQ), la décision de l'établissement situé dans le Mile-End à Montréal ne sera pas dans l'intérêt des restaurateurs.  

« Ils perdraient le crédit d’impôt de 75 % qu’ils perçoivent sur le pourboire déclaré », a-t-il fait savoir au quotidien montréalais. Selon lui, cette approche n'est toutefois pas représentative de l'avenir des restaurants en général. Il concède que l'abolition du pourboire ne devrait pas faire baisser la qualité du service. 

« Les restaurateurs auraient quand même intérêt à donner un bon service, sinon les clients ne reviendraient pas », dit-il. 

« Avec la pandémie, l’industrie est fragile et c’est le moment de se réinventer », estime l'ex-restauratrice Sophie Duchastel, de Montrouge, qui a tenu le Bistro Chez Rosie entre 2017 et 2019. 

« Les serveurs gagnaient peut-être moins les grosses soirées, mais ils gagnaient plus quand c’était tranquille », dit-elle au Journal de Montréal. Elle ajoute que le pourboire fait aussi en sorte que certaines serveuses garderaient le silence devant des clients aux mains baladeuses. 

Toutefois, l'abolition du pourboire profiterait surtout aux cuisiniers. 

« En ce moment, le salaire des cuisiniers est à la hausse, mais ça reste moins de 40 000 $ par année, alors qu’un serveur peut faire plus de 50 000 $. L’écart est énorme », déclare François Pageau, professeur à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. Selon lui, la loi devrait être changée en vue de partager les pourboires entre tous les employés. Cela ne serait le cas que dans un tiers des restaurants à l'heure actuelle. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock