Nouvelles : Un Québécois obligé de payer près de 600 dollars par mois à son fils de 31 ans.

Un Québécois obligé de payer près de 600 dollars par mois à son fils de 31 ans.

Obligé de payer une pension alimentaire malgré que son fils ait 31 ans

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,494 2.5k Partages

Bien des parents sont demeurés traumatisés par le cas célèbre de Tanguy, mais voilà qu'une nouvelle histoire "d'horreur" pourrait commencer à hanter certains parents. En effet, voilà que TVA Nouvelles a dévoilé l'histoire plutôt inusitée d'un retraité qui doit respecter depuis 8 ans un ordre de la Cour l'obligeant à verser 570 dollars par mois à son fils qui est aujourd'hui âgé de 31 ans.

Chaque année, le père doit donc débourser une somme de 7000 dollars, en plus de devoir rembourser jusqu’en 2020 le coût des études de son fils à l’École du Barreau. Pendant une certaine période, le père pouvait compter sur un plafond maximum de 4000 dollars par année pour les frais scolaires, mais celui-ci a été retiré suite à une nouvelle décision de la Cour au printemps dernier. 

Les malheurs du pauvre père ne s'arrêtent surtout pas là, car voilà que tout récemment, la Cour Supérieure le condamnait à payer 6000 $ en frais d’avocats à son fils, ainsi qu'une somme de 5000 $ en dommages et intérêts pour des propos tenus sur Facebook.

Au cours des huit dernières années, le père ne cache pas qu'il a vécu un véritable cauchemar financier, en plus d'avoir dû hypothéquer à nouveau sa maison. On le comprend bien d'affirmer être au bout du rouleau: "Ça dure trois ans un baccalauréat, moi je pensais qu’en 2013 tout allait être fini. Ce n’est pas ça qui s’est passé. [...] Quand j’en parle au monde, ils n’en reviennent pas [...] Ça peut leur arriver, mais je ne souhaite même pas ça à mon pire ennemi."

Le fils en question avait autrefois un travail à temps partiel, mais il a décidé de le quitter après avoir échoué sa première session au baccalauréat en droit.

Le jeune adulte est maintenant à la maîtrise, mais les dernières années n'ont pas été de tout repos. L'étudiant a subi un nouvel échec à sa première session, puis il a temporairement dû quitter les études en raison d'un diagnostic de dépression majeure. Sinon, le jeune homme n'est plus éligible au programme de prêts et bourses en raison de son endettement qui est estimé à plus de 50 000 dollars.

Suite à sa retraite en 2011, le père avait tenté de faire annuler la pension étant donné que ses revenus étaient passés de 56 000 $ par année à 42 000 $, mais la demande avait été refusée.

En 2015, le père avait tenté à nouveau de mettre fin aux versements alors que le fils avait répliqué en demandant que la pension soit triplée. Le père et le fils ont par la suite laissé tomber leurs requêtes.

Enfin, le père estime qu'aujourd'hui, près de la moitié de ses revenus vont à son fils.

Partager sur Facebook
2,494 2.5k Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie