Nouvelles : Un propriétaire d'hôtel ouvre son établissement pour accueillir 180 personnes au mariage de sa fille

Un propriétaire d'hôtel ouvre son établissement pour accueillir 180 personnes au mariage de sa fille

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le propriétaire d'un hôtel de Montréal est contrevenu aux consignes du gouvernement, le 16 mars dernier, en décidant d'accueillir dans son établissement plus de 180 invités en provenance du Québec et de New York à l'occasion du mariage de sa fille. 

Samuel Rosenberg, le propriétaire en question, a déclaré à La Presse: "Oui, des gens ont été malades. Je ne sais pas combien, je ne me promène pas en comptant les gens. Il y a eu des gens malades de New York, d’ici, d’un peu partout."

L'homme d'affaires a confirmé que peu après le mariage, celui-ci est tombé très malade pendant deux semaines, en plus d'avoir reçu un test positif à la COVID-19. Selon Rosenberg, plusieurs membres de sa famille auraient aussi été contaminés.

C'est à l’hôtel Crowne Plaza, sur le chemin de la Côte-de-Liesse, tout près de l’aéroport de Montréal, que le mariage réunissant plusieurs invités a eu lieu.

Comme le mariage était en date du 16 mars, les rassemblements de plus de 250 personnes avaient déjà été interdits depuis le 12 mars, tandis que le jour qui précédait le mariage, le gouvernement avait ordonné la fermeture des lieux de rassemblements comme les bars, les cinémas, les salles de spectacles et les bibliothèques.

Évidemment, lors du mariage, les mesures de distanciation sociale ont été complètement ignorées, tandis que les invités qui provenaient de l'extérieur n'ont pas respecté les consignes d'isolement volontaire.

Lors de l'entrevue qu'il a accordée à La Presse, l'homme d'affaires a expliqué ne pas comprendre pourquoi ce mariage lui a attiré autant de critiques: "Les instructions disaient de ne pas faire le mariage avec plus de 250 personnes, mais nous sommes descendus à 180, parce que nous voulions respecter la distanciation sociale. Il y avait des gants, du désinfectant pour les mains, du Purell. [...] Nous avons fait plus que ce que la loi exige. Je ne comprends pas pourquoi on tente d’en faire une histoire. [...] L’évènement était censé être beaucoup plus grand que ça. La journée même, le nombre a diminué. On avait préparé la salle pour environ 200 personnes, avec une vingtaine de tables, mais je dirais qu’il y avait environ 150 ou 160 personnes."

La docteure Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste responsable de l’unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine, a expliqué pour sa part que l'homme d'affaires avait commis une grave erreur en ignorant les mesures du gouvernement afin de freiner la propagation du nouveau coronavirus: " À 180 personnes, avec cette densité de personnes, ça devient presque impossible d’éviter la contagion. [...]  Il y a des asymptomatiques qui ont la COVID-19 dans la gorge. Ça se transmet par gouttelettes. Si quelqu’un est dans un rayon de deux mètres, autour les gouttelettes peuvent se propager. À 180 personnes dans un mariage, on est incapables de maintenir une distance de deux mètres et c’est clair qu’on s’échange des choses. [...]  Je ne me présente même pas dans une salle où il y a 10 personnes, s’il n’y a pas deux mètres de distance entre les gens."

Enfin, la porte-parole de la Direction régionale de santé publique de Montréal, Jocelyne Boudreault, a émis un seul commentaire à cet effet: "Il faut absolument respecter les consignes de sécurité. Pas de rassemblements."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock