Nouvelles : Un prêtre Montréalais est reconnu coupable d'avoir agressé un garçon de 13 ans.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Un prêtre Montréalais est reconnu coupable d'avoir agressé un garçon de 13 ans.

Le tout a duré 3 ans.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
923 923 Partages

À Montréal, un prêtre qui a été reconnu coupable d'avoir agressé un jeune garçon pendant 3 ans risque maintenant de faire face à une lourde peine d'emprisonnement.

Le prêtre de 56 ans nommé Brian Boucher était bien connu des paroissiens à Ville Mont-Royal, mais l'homme a justement profité de ce lien de confiance qu'il entretenait avec sa communauté afin d'abuser sexuellement d'un jeune garçon de 13 ans.

C'est en 2008 que le cauchemar de la victime aurait débuté, peu après que le jeune garçon se soit collé à une autre fille lors d'une danse organisée par son école. Le prêtre avait menacé le jeune garçon de dénoncer les gestes qu'il avait posés en guise de chantage. En échange de son silence, le prêtre avait donc exigé au garçon de se déshabiller devant lui et de le laisser le toucher.

Au cours des années suivantes, les agressions se seront répétées à l'église.

Le prêtre serait aussi suspecté de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels à l'égard d'un autre adolescent qui aurait vécu un cauchemar similaire au cours des années 90.

Les deux victimes ne se connaissaient pas.

Selon ce qu'a révélé la procureure de la Couronne Annabelle Sheppard, la victime qui était âgée de 13 ans aurait décidé de dénoncer les gestes qu'elle avait subis afin d'empêcher le prêtre à faire d'autres victimes. Maintenant que Boucher a été reconnu coupable des crimes dont il était accusé, la victime se dit satisfaite du verdict livré par la juge Patricia Compagnone.

Pour sa part, l'Archidiocèse de l’Église catholique à Montréal a fait savoir que Boucher avait été retiré de ses fonctions par l'entremise d'un communiqué dans lequel les gestes posés par le prêtre étaient vivement dénoncés: "Le verdict provoque une gamme de sentiments [...] : honte, dégoût et colère, mais aussi désarroi, tristesse et compassion".

Les problèmes judiciaires de Boucher sont encore bien loin de prendre fin, car l'homme doit bientôt un subir un second procès suite à des accusations d'agression sexuelle sur deux autres victimes.

Partager sur Facebook
923 923 Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Courtoisie