Nouvelles : Un père coupable d'avoir enchaîné et violé ses jumelles souffrant de déficience mentale pendant plus de 10 ans.

Un père coupable d'avoir enchaîné et violé ses jumelles souffrant de déficience mentale pendant plus de 10 ans.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,312 1.3k Partages

Un père de Minneapolis qui a été trouvé coupable d'avoir battu, torturé, enchaîné et violé à plusieurs reprises ses deux jumelles souffrant d'une déficience mentale a été condamné à une peine d'emprisonnement de 30 ans.

Le juge Fred Karasov a condamné le père de 52 ans à une longue peine d'emprisonnement en raison des gestes horribles et cruels qu'il a posés contre ses deux filles, d'avoir mis la vie de sa troisième fille en danger.

L'une des deux jumelles avait déclaré lors de l'enquête criminelle que les gestes posés par son père avaient eu de sombres conséquences sur sa famille entière.

Lors de la même déclaration, la jumelle avait affirmé souhaiter que son père soit enchaîné très longtemps de la même façon qu'il l'avait fait subir à ses filles: "J'espère qu'il ne sortira jamais de prison. Il a détruit notre famille."

Les deux jumelles ont maintenant 22 ans et leurs noms ne peuvent pas être dévoilés afin de protéger leur anonymat.

La semaine dernière, le père a décidé de plaider coupable aux accusations portées contre lui et ainsi, il a reconnu avoir enchaîné ses deux jumelles sur une période de 10 ans, jusqu'à ce qu'une des deux victimes parvienne à s'échapper afin de demander de l'aide en mai 2017.

Selon une des deux jumelles, le cauchemar aurait débuté lorsque le père aurait pris conscience que ses filles étaient désormais "sexuellement actives".

Au moment de leur sauvetage, les deux jumelles étaient dans un état d'épuisement total et elles avaient visiblement souffert de malnutrition. De plus, leurs corps présentaient de nombreuses marques de violence.

Avant de partir pour le chemin de la prison, le père a déclaré devant le juge qu'il était désolé pour ce qu'il avait fait subir à ses enfants et qu'il souhaitait que Dieu lui pardonne les gestes qu'il a posés.

Il devra purger au moins le 2/3 de sa peine avant de demander sa libération conditionnelle.

Partager sur Facebook
1,312 1.3k Partages

Source: DailyMail · Crédit Photo: Courtoisie