Nouvelles : Un pédophile condamné à 4 ans de prison pour avoir agressé 6 fillettes

Un pédophile condamné à 4 ans de prison pour avoir agressé 6 fillettes

Il s'était même attaqué à sa propre fille

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un pédophile de Montréal devra passer 4 ans derrière les barreaux après avoir agressé sexuellement six fillettes âgées de 5 à 11 ans, incluant sa propre fille, rapporte La Presse.  

« Tu m’as volé mon enfance, j’ai perdu mon innocence », a d'ailleurs résumé l’une des victimes.

« Il m’a souillée. Je n’étais qu’une enfant. Chaque fois qu’il me touchait, je me sentais de plus en plus mal », a raconté Carole (prénom fictif), le 13 juillet dernier, cite La Presse, qui était sur place au palais de justice de Montréal. 

Elle n'avait que 11 ans lorsqu'elle a été agressée à plusieurs reprises par le pédophile au début des années 2000. L'homme était le père de l'une de ses amies. « Je réalise aujourd’hui que je suis une victime », a-t-elle déclaré. 

L'homme de 61 ans a plaidé coupable de plusieurs chefs d'agressions sexuelles et de contacts sexuels sur mineurs. Son identité ne peut pas être révélée pour protéger celle de ses victimes, qui incluent sa belle-soeur et une de ses filles. 

La petite soeur de sa conjointe, qui avait 5 ans en 1983, a également subi des attouchements, parce que le pédophile voulait lui montrer « ce que font les grandes personnes ». 

Il s'en est aussi pris à sa propre fille dans les années 1990 « à quelques reprises ». Sa belle-soeur l'a pris en flagrant délit et l'a averti, mais cela n'a pas empêché le pédophile de continuer ses crimes durant plusieurs années. 

« Cet adulte a réussi à marquer un jeune enfant à vie », explique Karine (prénom fictif), qui a été agressée pour une première fois à l'âge de 5 ans. Il l'a ensuite touchée « dès qu'il en avait la chance » durant plusieurs années. 

« Une question tourne dans ma tête : “Comment personne n’a réalisé la peur dans les yeux d’un enfant qui normalement devraient briller ?” L’enfant pousse un cri, il est silencieux, mais si fort à la fois. En vieillissant, on croit que ça finira par faire moins mal, mais bien au contraire. Vouloir crier à tue-tête, mais aucun son ne veut sortir de ma bouche », a fait savoir la jeune femme dans une lettre citée par La Presse.

« J’ai peur de sortir le soir. J’ai peur de me retrouver seul avec un homme. J’ai tellement peur que j’ai peur de vivre », ajoute de son côté Mélanie (prénom fictif), qui souffre d’anxiété généralisée, de choc post-traumatique et de dépression après avoir été agressée à l'âge de 7 ans par le pédophile.

L'homme passera les quatre prochaines années derrière les barreaux. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock