Nouvelles : Un médecin accusé d’agressions sexuelles sur au moins 177 étudiants

Un médecin accusé d’agressions sexuelles sur au moins 177 étudiants

Une histoire bouleversante.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
242 242 Partages

Difficile à croire qu'un homme accusé d'agressions sexuelles sur au moins 177 étudiants a pu vivre en toute impunité sans être sanctionné. C'est pourtant l'histoire de ce médecin universitaire américain qui est passé entre les mailles du filet malgré les atrocités qu'il a commis.

C'est Le Devoir qui rapporte cette nouvelle qui risque de vous faire froid dans le dos tant il s'agit d'une histoire digne d'un film hollywoodien. En effet, dans l'État de l'Ohio, Richard Strauss, un médecin universitaire, a agressé au moins 177 étudiants pendant près de 20 ans. La particularité de ces étudiants était qu'ils étaient tous des hommes et qu'ils venaient consulter Strauss pour des problèmes physiques. Ce dernier en profitait pour abuser d'eux sans que personne ne le sanctionne pour ces agissements.

Le Devoir explique que la carrière de Richard Strauss dans cette université de l'Ohio a duré 20 ans, de 1978 à 1998. Il semblerait que ses premières agressions sexuelles aient commencé en 1979, et ce jusqu'à la fin de sa carrière sans que le personnel de l'université ne fasse rien ou presque. Il aura fallu attendre 1996, soit deux ans avant sa retraite, pour voir les premières sanctions disciplinaires à son encontre. Autrement dit, une véritable éternité sachant que pendant toutes ces années, l'université recevait des plaintes de la part des étudiants victimes de ces agressions sexuelles.

Le plus dur dans cette histoire, c'est de se dire qu'il n'ira jamais en prison pour tous les actes affreux qu'il a commis. En effet, Le Devoir raconte que Richard Strauss est décédé en 2005 et qu'il a donc échappé aux sanctions de la justice américaine. Il faut dire que le rapport accablant mettant en lumière l'ensemble de ses agressions sexuelles a seulement vu le jour il y a très peu de temps. Il sera donc passé entre les mailles du filet comme jamais. 

L'université qui a bien évidemment honte de cette histoire a écrit aux étudiants concernés pour s'excuser de la manière dont cette histoire a été gérée, relate Le Devoir. Le quotidien ajoute même que c'est désormais l'université qui va prendre en charge les frais de leurs soins psychologiques. Il s'agit de la moindre des choses et on espère surtout que les victimes de Richard Strauss ne seront pas traumatisées à vie par cette horrible histoire.

Partager sur Facebook
242 242 Partages

Source: Le Devoir · Crédit Photo: Capture d'écran