Nouvelles : Un homme d'Alma victime d'une fraude 14 000$ en lien avec la PCU

Un homme d'Alma victime d'une fraude 14 000$ en lien avec la PCU

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme d'Alma a appris par l'entremise d'une lettre qu'une somme de 14 000 $ de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été réclamée en son nom.

L'homme a expliqué au journal Le Quotidien que la lettre envoyée par le gouvernement n'avait pas été envoyée à sa résidence et qu'en plus, elle n'avait pas été rédigée dans la bonne langue de correspondance: "Il y a trois semaines, j’ai reçu une première lettre du gouvernement fédéral à l’adresse de mes parents. Elle était en anglais. Je l’ai jetée et je ne l’ai pas regardée. Une semaine plus tard, j’avais la même lettre encore chez mes parents. Encore une fois en anglais. Cette lettre disait que je devais envoyer des relevés d’emploi pour être admissible à la nouvelle aide gouvernementale et que les 14 000 $ de la PCU que j’avais eue prendrait fin le 3 octobre."

C'est en contactant l'Agence du revenu qu'un fonctionnaire s'est rendu compte que le dossier de l'homme était suspect. Comme l'homme n'était pas en mesure de fournir son code d'accès, le fonctionnaire l'a informé que son dossier serait transféré aux enquêteurs de l’Agence du revenu: "Je n’en avais pas. Je lui ai dit que je n’ai jamais arrêté de travailler, donc je n’ai jamais fait de demande de PCU. Je n’ai même jamais fait de demande d’assurance emploi. [...] Heureusement, tant que l’enquête est en cours, je n’ai rien à rembourser. Mais si je ne m’en étais pas occupé, je serais arrivé au moment des impôts et j’aurais vraiment payé beaucoup."

Tout en rappelant aux citoyens que les personnes ayant été victimes de ce type de stratagème doivent contacter les policiers, le sergent Jean-Raphaël Drolet de la Sûreté du Québec a conclu en déclarant: "Une fraude, c’est d’utiliser une supercherie pour obtenir quelque chose illégalement. Il peut aussi y avoir une supposition de personne, c’est-à-dire prendre l’identité de quelqu’un d’autre, c’est une infraction."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Soleil · Crédit Photo: Capture d'écran