Nouvelles : Un homme assis dans son urine et ses excréments pendant des heures dans un CHSLD

Un homme assis dans son urine et ses excréments pendant des heures dans un CHSLD

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
4,797 4.8k Partages

Patricia Beckford est outrée par les soins que reçoit son mari Richard au Centre d'hébergement (CHSLD) Denis-Benjamin-Viger situé au 3292, rue Cherrier à L'Île -Bizard.

Elle affirme qu'il n'y a pas assez de personnel pour répondre aux besoins des 150 patients de l'établissement si bien qu'elle a trouvé son mari assis dans son urine et ses excréments pendant des heures. Richard est dans ce centre depuis qu'il a fait une crise cardiaque. L'ambulance ne serait pas arrivée à l'intérieur de 20 minutes, selon Patricia, et Richard aurait maintenant des séquelles au cerveau. 

« J'ai remarqué qu'on le laisse sur son fauteuil de 8 à 12 heures par jour et pendant ce temps, il n'est pas changé », a déclaré Patricia Beckford lors d'une entrevue avec CTV Montréal. « Il est assis dans des couches trempées dans de l'urine et des excréments. Ce n'est pas humain, c'est inhumain, ce n'est pas correct. Ce sont des êtres humains, mais ils sont traités plus mal que les animaux. »

Patricia Beckford affirme qu'il y a présentement 8 infirmières de jour et seulement 3 infirmières le soir. C'est donc dire que chaque infirmière doit s'occuper de 50 patients pendant son quart de travail, ce qui mène inévitablement à une certaine négligence même si elle n'est pas volontaire. Un ordre de la cour a déjà ordonné le centre public d'embaucher de nouvelles infirmières, mais que peut-on faire d'ici à ce que ce soit fait? 

En mars dernier, un syndicat d'infirmières a attaqué en justice un groupe de centres universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) à Montréal, exigeant l'embauche de personnel supplémentaire. 

« Il convient de noter que, comme pour tous les établissements de soins de santé de notre province, nous sommes confrontés à une pénurie de main-d'œuvre qui a rendu ce processus de recrutement plus difficile », peut-on lire dans une déclaration des CIUSS.

Partager sur Facebook
4,797 4.8k Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: Capture d'écran