Nouvelles : Un couple meurt ensemble grâce à l'aide médicale à mourir.

Un couple meurt ensemble grâce à l'aide médicale à mourir.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme et une femme qui étaient en couple depuis 50 ans sont décédés ensemble après avoir reçu l'aide médicale à mourir. Les deux amoureux sont décédés la semaine dernière à Laval.

C'est le fils de Francine Messier et François Boucher qui a accepté de parler publiquement du décès de ses deux parents. Ce dernier, nommé Jean-François, a expliqué que ses parents avaient tous deux reçu une greffe de rein plusieurs années auparavant, mais que leur qualité de vie ne cessait pas de se détériorer au fil du temps.

Les deux amoureux seraient décédés à quelques secondes d'intervalle alors qu'ils avaient été installés dans deux civières placées côte à côte.

Un médecin se trouvait entre les deux amoureux afin de leur administrer les produits nécessaires alors que des membres de la famille étaient présents dans la chambre.

Aux dires de Jean-François, son père avait pris le soin de communiquer un dernier message d'amour à son épouse avant leur grand départ, tout en souhaitant à son fils qu'il ait aussi la chance de vivre le grand amour au cours de sa vie.

Les deux parents souffraient de la maladie polykystique des reins, un grave problème de santé qui diminue graduellement le fonctionnement de ces organes.

Même si ceux-ci avaient eu droit à une greffe par le passé, leur état de santé avait continué à se détériorer et étant donné leur âge et parce qu’ils souffraient d’autres maladies, ils n’étaient pas priorisés pour une deuxième greffe.

Jean-François ne cache pas qu'il espère qu'en parlant publiquement du départ de ses deux parents, il arrivera à attirer l'attention de la population sur l'importance du don d'organes. Ce dernier souhaite d'ailleurs que Québec instaure la présomption au consentement de don d’organes. Dans un tel cas, les gens décédés seraient présumés consentants à donner leurs organes et ainsi, à moins d'un avis écrit indiquant que la personne décédée refusait de procéder à un don d'organes, les prélèvements pourraient s'effectuer de façon plus efficace.

Enfin, même si ses parents sont décédés comme ils le souhaitaient, Jean-François confie que leur départ a été un choc énorme pour lui puisqu'il est fils unique. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada
Crédit Photo: Capture d'écran