Nouvelles : Un chien est accusé de «crime de haine raciste» pour avoir fait caca devant une entrée

Un chien est accusé de «crime de haine raciste» pour avoir fait caca devant une entrée

Insolite, mais vrai.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
392 392 Partages

Un chien est accusé d'avoir commis un « crime de haine raciste » pour avoir fait ses besoins devant la porte d'entrée d'un individu. 

Ce cas insolite mais vrai est l'un des 2 500 incidents de crime de haine rapporté à la police britannique en 2015 et en 2016. La victime « a perçu cet incident comme un crime raciste », rapporte la police. C'est la Mail qui a dévoilé l'information, ce dimanche, à la suite d'une demande d'accès à l'information. 

« L'on parle de crime de haine ou de crime haineux quand la victime en est la cible en raison de son appartenance, réelle ou supposée, à un certain groupe social, le plus souvent défini par la race, la religion, l'orientation sexuelle, le handicap, l'ethnie, la nationalité, l'âge, le sexe, l'identité de genre ou le parti politique. Les crimes de haine peuvent prendre de nombreuses formes. Les incidents peuvent impliquer des attaques physiques, des dégradations de biens, des intimidations, du harcèlement, des attaques verbales ou des insultes, ou des graffitis ou des lettres insultantes », explique Wikipédia.

Certains crimes ont été décrits comme ne méritant pas le temps et l'argent du service de police. Parmi ces « crimes de haine », on retrouve une enveloppe ouverte puis recollée, un accident impliquant une voiture décorée d'un coquelicot rouge, une dispute concernant un règlement lors d'un match de tennis, un rat mort retrouvé dans un jardin et un homme qui a dit au personnel d'une bibliothèque qu'il faisait campagne pour le Brexit. 

David Davies, un député conservateur, a dit que tous ces incidents étaient une perte de temps et il a demandé aux citoyens d'être « plus prudents » dans le signalement d'incidents de cette nature. 

« Cela fait partie des raisons pour lesquelles la police a du mal à enquêter sur des infractions graves telles que le cambriolage à la maison. Les gens doivent commencer à réfléchir plus attentivement avant d'appeler la police », a-t-il insisté. 

Mais le plus étonnant dans le document de 118 pages est probablement l'incident du chien qui a fait ses besoins devant la porte d'entrée d'un individu. 

« Un chien inconnu a déféqué  devant l'adresse de la victime et la victime a perçu qu'il s'agissait d'un incident racial », peut-on lire dans le document. 

Il y a aussi eu des plaintes concernant un chien qui aboyait, une personne qui fumait trop et des disputes pour une place de stationnement. Un homme a dit que ses voisins se stationnaient volontairement devant chez lui parce qu'il était noir. 

Une femme a aussi affirmé qu'un chauffeur d'autobus l'a regardée de « façon raciste » et une autre femme a dit qu'elle avait été sortie de force d'un bar parce qu'elle était Polonaise, mais la femme était plutôt « ivre, agressive et elle avait un comportement imprévisible ».

Espérons que ces exemples permettront à certaines personnes de réaliser qu'elles ne peuvent pas appeler la police pour n'importe quoi en disant qu'il s'agit d'un « crime de haine ». 

Partager sur Facebook
392 392 Partages

Source: LAD Bible · Crédit Photo: Capture d'écran