Nouvelles : Tué par une amibe «dévoreuse de cerveau» dans un parc aquatique

Tué par une amibe «dévoreuse de cerveau» dans un parc aquatique

Une histoire bouleversante.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Oui, vous avez bien lu et non il ne s'agit pas d'un nouveau scénario d'un film d'horreur à succès. Il s'agit au contraire de la vraie vie et parfois elle se montre impitoyable comme l'illustre le terrible coup du sort que vient de vivre cet Américain. 

C'est 20 minutes qui rapporte cette nouvelle qui donne la chair de poule sans mauvais jeu de mots. En effet, un Américain a été tué par une amibe «dévoreuse de cerveau» dans un parc aquatique de la Caroline du Nord. Cette amibe dévastatrice s'appelle la naegleria fowleri et selon Wikipédia, «c'est une amibe vivant dans les eaux douces et la terre humide. Elle peut se développer dans les réseaux d'eau (eau potable, eaux de refroidissement) dans certaines conditions. Elle peut provoquer une méningo-encéphalite ambienne primitive, une pathologie très rare, mais létale dans 90% des cas».

Vous aurez compris que c'est ce qui est arrivé à cet Américain de 59 ans. 20 minutes ajoute que si vous ingérez cette amibe particulière, vous ne courrez aucun risque, par contre si vous l'absorbez par le nez, elle est tout simplement mortelle. Malheureusement, c'est ce qui est arrivé à ce pauvre homme qui a été infecté par cette amibe au cours du mois juillet. Il est décédé en quelques jours. Le quotidien indique que généralement, les individus qui absorbent ces amibes par le nez décèdent en l'espace de 10 jours. Les symptômes sont les suivants: nausées, maux de tête, vomissements.

Pour éviter toute psychose chez certains d'entre vous, ce genre d'infection est extrêmement rare. 20 minutes, indique d'ailleurs qu'il y a eu «seulement» 145 cas entre 1962 et 2018. En 56 ans, il y a eu seulement quatre personnes qui ont survécu à cette amibe «dévoreuse de cerveau».  En France, le quotidien raconte qu'il n'y a eu qu'une seule victime, c'était en Guadeloupe en 2008.

Malheureusement, il n'existe pas de solution miracle pour se protéger d'une telle infection à part limiter la quantité d'eau qui entre dans votre nez ou alors de mettre un pince-nez pendant que vous vous baignez. Quoi qu'il en soit, les risques sont très peu élevés que vous soyez infecté à part si vous n'avez vraiment pas de chance comme ce pauvre monsieur.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: 20 minutes · Crédit Photo: Adobe Stock