Nouvelles : Tragédie de Wendake: La mère de Michaël Chicoine brise le silence

Tragédie de Wendake: La mère de Michaël Chicoine brise le silence

Un témoignage bouleversant.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le Québec pleure la mort des deux petits garçons assassinés à Wendake, la mère du suspect, Mylène Chicoine, décide de briser le silence au sujet des problèmes de santé mentale de son fils, dans une émouvante lettre publiée mercredi dans le quotidien La Presse.

Michaël Chicoine fait face depuis lundi à des accusations de meurtres au second degré des deux garçons, âgés respectivement de deux et cinq ans. 

« Je n’ai pas de mot pour exprimer le geste de mon fils. […] JAMAIS, jamais je n’aurais pensé que Michaël aurait pu être un danger pour quiconque et qu’il commettrait l’irréparable, écrit la dame. Je suis la mère de Michaël Chicoine. […] Aujourd’hui, je suis dévastée, anéantie par cette tragédie. […] Les deux familles en deuil seront à jamais marquées par cette incommensurable perte. »

Mme Chicoine aborde également les problèmes de santé mentale de son fils, en parlant de sa dépression majeure et du fait qu'il a déjà tenté de mettre fin à sa vie. 

Elle estime que son fils n'a pas reçu les soins nécessaires.« J’ai pris sur moi de vous transmettre les faits connus relativement aux services dispensés par nos organisations gouvernementales », dit-elle.

« Malgré les hospitalisations, malgré nos demandes afin qu’il reçoive l’aide appropriée, le soutien reçu n’a malheureusement pas été suffisant, ni adéquat : il n’y avait pas de place disponible pour lui à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec ni au Centre de crise de Québec. Son médecin de famille a tout fait pour qu’il obtienne de l’aide appropriée, mais les portes se sont refermées », déplore la mère du suspect. 

« Le seul suivi qu’il a obtenu est un appel téléphonique, à une occasion, d’un psychiatre, lequel appel a duré à peine dix minutes. Le spécialiste lui alors prescrit une médication, sans autre consultation », se désole la dame. 

Rappelons qu'à la suite du drame, l'accusé a été envoyé au centre hospitalier afin qu'un médecin l'évalue avant de pouvoir être interrogé par des enquêteurs de la Sûreté du Québec. Un médecin du CHU de Québec a également fait parvenir une lettre au tribunal. Le document a ensuite été mis sous scellé. 

Mardi, le gouvernement a ordonné la tenue d'une enquête externe à la DPJ de la Capitale-Nationale, après qu'eut été révélé que la situation des victimes avait fait l'objet de trois signalements. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook