Nouvelles : Seulement 90 jours de prison pour un homme qui a violenté à plusieurs reprises sa femme

Seulement 90 jours de prison pour un homme qui a violenté à plusieurs reprises sa femme

Il purgera sa peine lors des fins de semaine

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un homme de Montréal qui a battu plusieurs fois sa conjointe écope d'une peine clémente de 90 jours de prison, parce que la Couronne a choisi un mode de poursuite qui a empêché la juge d'imposer une peine plus sévère, rapporte le Journal de Montréal. 

« N’eût été le choix du ministère public de poursuivre l’accusé par voie sommaire, le tribunal n’aurait aucunement hésité à imposer à l’accusé une peine [...] plus lourde que celle réclamée », a fait savoir la juge Louise Provost lorsqu'elle a condamné Nicolas Lescalier au palais de justice de Montréal.

L'homme de 26 ans qui travaille comme spécialiste en financement avait battu sa conjointe en 2019, après qu'elle eut découvert que son conjoint s'était abonné à un site de rencontres. 

Nicolas Lescalier s'est ensuite mis à dénigrer sa conjointe, avant de la traîner par les cheveux, lui cracher dessus et la battre. 

« Je me suis sentie humiliée le jour où j’ai dû recourir à l’aide de trois vendeuses d’un Sephora [un magasin de cosmétiques] pour trouver les meilleurs produits afin de masquer mon visage meurtri », avait fait la victime à la cour, dont les propos ont été rapportés par le Journal de Montréal. 

Depuis, la victime n'est plus en relation avec Lescalier, et tente aujourd'hui de guérir.

« Ce dossier s’apparente à de nombreux autres dossiers d’hommes violents qui imposent à leur partenaire intime [...] une existence remplie d’anxiété et de douleurs physiques et psychologiques », a fait savoir la juge, qui estime que Lescalier méritait une peine plus sévère étant donné que ses excuses étaient « plutôt en lien avec la peur des conséquences » de son crime et qu'il ne semblait pas avoir cheminé. 

Elle a fait savoir qu'elle ne pouvait imposer une peine plus sévère étant donné le choix de la Couronne de porter des accusations par voie sommaire, moins graves que si elles avaient été portées au criminel. 

La juge a donc suivi la recommandation de la Couronne et à condamner l'homme de 26 ans à la prison de fin de semaine et à une probation de deux ans, avec 150 heures de travaux communautaires. 

L'homme espérait plutôt avoir l'absolution en vue de conserver son emploi dans une entreprise américaine, mais la juge a refusé cette proposition. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Instagram