Nouvelles : Relâchement des gestes barrières chez certains Français avec le retour du beau temps

Relâchement des gestes barrières chez certains Français avec le retour du beau temps

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles

Au moment où les temps plus doux font leur retour, certains Français auraient plus de difficulté à continuer les gestes barrières, rapporte BFMTV, qui souligne que le nombre de cas élevé de contaminations au pays. 

Le mois de février qui montre déjà des signes de douceur printanière a fait en sorte que plusieurs Français ont négligé les gestes barrière au cours du dernier weekend, a constaté la chaîne française. Toutefois, ce relâchement risque de contribuer à l'accélération de la propagation de la COVID-19, au moment où le taux de contamination est déjà haut dans le pays. 

Les forces de l'ordre ont également dû redoubler d'ardeur durant les derniers jours pour s'assurer du respect des règles, notamment sur les plages, comme à Dunkerque, où on assiste à une explosion du nombre de contaminations au variant britannique. 

« Les gens sont très raisonnables, et bien sûr les forces de sécurité sont déployées de façon à être dissuasives et à effectuer des rappels nécessaires, et des verbalisations le moins souvent possibles, mais il y en a eu quand même, bien sûr », fait toutefois savoir à BFMTV le directeur départemental de la sécurité publique du Nord, Jean-François Papineau. 

Le beau temps a également fait sortir les Parisiens sur les quais de Seine. « Ça fait du bien au moral », a souligné un passant. 

« Les trois quarts des gens sont assez serrés entre groupes. Après je vois que tout le monde porte son masque, mais je trouve qu'il y a quand même beaucoup de gens proches », a néanmoins soulevé un autre. 

D'autres profitent du soleil pour boire des bières à consommer debout dans la rue que vendent certains bars de la capitale. « Pour être ensemble et passer du temps ensemble, (...) profiter dehors, franchement (...) ça change pas grand-chose, les transports en commun sont blindés toute la journée, donc on profite et on aime le faire », explique l'un d'eux. 

Néanmoins, les autorités ont dû intervenir deux fois au cours du weekend sur la rue de Buci afin de s'assurer du respect des mesures sanitaires. 

D'après le médecin généraliste et membre du syndicat MG France, Richard Handschuh, « ça n'a pas de logique d'aller boire un pot ensemble, debout, rue de Buci. Le ton monte avec l'alcool (...) parce que le bruit ambiant fait qu'on est obligé de hausser la voix, et là vraiment, on va échanger des virus », prévient-il. 

Source: BFMTV · Crédit Photo: Capture d'écran vidéo Twitter