Nouvelles : Québec envisage de laisser tomber la distanciation physique dans les écoles en septembre

Québec envisage de laisser tomber la distanciation physique dans les écoles en septembre

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi qu'il considérait la possibilité d'un relâchement des règles concernant la distanciation entre les élèves du primaire, et entre les enfants en service de garde, à partir de la rentrée de septembre prochain.

Trois semaines après le début de la reprise des cours dans les écoles primaires situées à l'extérieur de la grande région de Montréal, les autorités sanitaires ont affirmé qu'elles jugeaient les résultats obtenus jusqu'ici comme étant très satisfaisants. Bien qu'une quarantaine de cas de contamination ait été recensés à travers le réseau, le premier ministre François Legault s'est montré très optimiste à cet effet lors de son point de presse de jeudi: "Je considère que c'est un grand succès, compte tenu du nombre d'enfants."

Alors qu'on craignait une multiplication des cas d'infection par le coronavirus ainsi qu'une transmission entre des enfants infectés et leurs parents, ou d'autres proches, comme des grands-parents, les 41 cas de contamination qui ont été recensés dans le réseau scolaire laissent croire qu'il y a peut-être eu plus de peur que de mal.

Évidemment, les autorités sanitaires ont rappelé que pour arriver à de tels résultats, de nombreuses précautions ont été prises, notamment en ne retournant pas au travail les membres du personnel à fort risque de maladie, comme les personnes âgées ou celles dont l'état médical ne le permettait pas.

Dans l'éventualité où cette situation encourageante se poursuivait, le gouvernement n'a pas caché qu'il pourrait assouplir les règles de distanciation physique à l'intérieur de chaque classe et dans chaque groupe d'enfants de garderie, ce qui ferait en sorte que les enfants n'auraient plus à respecter une distance de deux mètres entre eux.

Le Dr Arruda a ajouté lors du point de presse qu'il "n'y a pas eu d'histoires d'horreur en milieu scolaire", tout en qualifiant cet assouplissement à venir  "d'approches différentes". Enfin, le directeur national de la Santé publique a rappelé l'importance "d'éviter de grandes épidémies".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock