Nouvelles : Plusieurs parents se disent inquiets que la fermeture des écoles se prolonge en janvier.

Plusieurs parents se disent inquiets que la fermeture des écoles se prolonge en janvier.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

De nombreux parents se disent inquiets que la période de fermeture des écoles se prolonge au-delà du 11 janvier.

Le premier ministre François Legault a été questionné mardi lors d’un point de presse à propos de la possibilité que cette période de fermeture soit prolongée au-delà de la date prévue. Selon M. Legault, « le risque est faible », mais il faudra une collaboration de tout le monde : « Notre objectif est vraiment de rouvrir les écoles le 11 janvier. Je l’ai souvent dit, la dernière chose que l’on veut fermer, ce sont les écoles. (...) Les chances sont très très faibles. Les enfants qui écoutent, vous allez être à l’école le 11 janvier. »

Kévin Roy, qui est président de la Fédération des comités de parents du Québec, a réagi aux propos du premier ministre en indiquant qu’il n’était pas rassuré par ceux-ci : « Il a dit que les chances étaient très faibles, mais il n’a pas dit non. […] Ça me fait peur, j’espère vraiment que les écoles vont ouvrir après le 11 janvier. Au primaire, des listes de devoirs à faire avec des profs disponibles, c’est un minimum. Au secondaire, l’école à distance, c’est mieux que rien, mais c’est loin d’être l’idéal. Les jeunes vont avoir à en payer le prix. »

Un éventuel prolongement de la période de fermeture inquiète aussi le personnel enseignant. Comme l’a souligné Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, les enseignants du préscolaire et du début du primaire ont ressenti une « énorme » déception lors de l’annonce de cette mesure. Selon Josée Scalabrini, l’enseignement à la maison est particulièrement très difficile auprès de ces jeunes élèves : « Ce sont d’autres journées d’absence pour d’autres élèves. L’apprentissage à distance reste une mesure alternative, ça ne remplacera jamais la présence des élèves en classe. »

Enfin, Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l’enseignement, a conclu en déclarant que le personnel enseignant n’avait pas vraiment d’autres choix que de suivre la ligne dictée par le gouvernement : « Ce n’est pas le premier choix que l’on ferait, mais l’objectif est de casser la deuxième vague et les écoles, comme les milieux de travail, y contribuent. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: iStock