Nouvelles : Plus de 200 000 Canadiens pourraient devoir rembourser une partie de la PCU

Plus de 200 000 Canadiens pourraient devoir rembourser une partie de la PCU

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

213 000 Canadiens qui auraient possiblement reçu le double du montant auquel ils avaient droit à travers la Prestation canadienne d’urgence (PCU) devront s'attendre à recevoir une lettre de l'Agence du revenu du Canada (ARC) dans les jours à venir.

Un porte-parole de l'ARC a expliqué dans un courriel envoyé à CBC que les Canadiens visés par cette demande de remboursement ont fait des demandes à deux agences fédérales distinctes: "L’Agence du revenu du Canada a envoyé des lettres aux personnes qui pourraient avoir fait des demandes pour la PCU (Prestation canadienne d’urgence) à la fois à Service Canada et à l’ARC."

Puisque l'ARC a suspendu temporairement les recouvrements de dettes durant la pandémie de COVID-19, les Canadiens qui recevront la lettre ne devraient pas être dans l'obligation de rembourser immédiatement le montant qui leur est réclamé: "Les lettres ne demandent pas un remboursement immédiat, mais informent les contribuables qu’ils pourraient devoir rembourser une partie de l’argent reçu. [...] L’ARC a suspendu les recouvrements de dettes durant la pandémie de COVID-19. Nous les reprendrons quand il sera plus responsable de le faire."

Selon ce qu'a indiqué l'ARC, il est toutefois préférable de procéder à un remboursement d'ici la fin de l'année, si une telle chose est possible.

L'ARC a aussi insisté sur le fait que les Canadiens visés par cette mesure n'avait pas nécessairement agi de mauvaise foi: "Les demandeurs peuvent faire des erreurs non intentionnelles."

Il est aussi possible que certaines personnes reçoivent la lettre, alors qu'en fait, elles ont déjà le montant à la mauvaise agence, soit à Service Canada.

L'ARC a aussi rappelé que les bénéficiaires de la PCU qui devront rembourser pourront profiter d'arrangements individuels selon les capacités de paiement.

Enfin, les bénéficiaires visés par la lettre qui n'ont pas procédé à une entente de remboursement pourraient avoir de mauvaises nouvelles après la pandémie, car ils s'exposeront à l’annulation des futurs crédits, des remboursements d’impôt ou la saisie des salaires.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock