Nouvelles : Pierre Dion, l'internaute qui véhiculait des propos racistes est condamné à 30 jours de prison.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Pierre Dion, l'internaute qui véhiculait des propos racistes est condamné à 30 jours de prison.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,301 1.3k Partages

Un homme de Terrebonne qui véhiculait des propos racistes sur les réseaux sociaux a été condamné à 30 jours derrière les barreaux après avoir été reconnu coupable d'incitation à la haine en mai dernier.

La sentence accordée à Pierre Dion a créé un certain effet de surprise étant donné que le juge a décidé d'aller plus loin que ce que la Couronne proposait. Aux dires du juge Gilles Garneau de la Cour du Québec, celui-ci souhaitait plus que tout lancer un message fort à la population.

C'est au cours du 28 et du 29 janvier que Pierre Dion avait décidé de prendre d'assaut les réseaux sociaux alors qu'il s'agissait exactement du deuxième anniversaire de l'attentat qui avait fait six morts et plusieurs blessés à la mosquée de Québec.

Dion avait pris la parole afin de se porter à la défense du tireur, allant même jusqu'à inviter ses compatriotes à "sortir les musulmans du pays".

Même si Dion a tenté par la suite de se défendre en formulant des excuses, le juge Gilles Garneau n'a pas adopté une position plus clémente à l'égard de l'accusé. Selon le juge, Dion a tenu des propos "odieux" tout en croyant que "sa liberté d'expression était sans limites".

Tandis que la Couronne demandait des travaux communautaires, la décision du juge d'envoyer Dion en prison a pris tout le monde par surprise.

Dion est donc condamné à 30 jours de prison et il pourra purger sa sentence à raison d'une journée par semaine à compter du 21 juin.

Enfin, l'avocate de Pierre Dion, Me Ilana Suissa, n'a pas caché sa déception quant à la décision finale du juge: "C'est sûr que le juge a aussi pris en compte le fait que M. Dion a un enfant. C'est un jour de prison qui commence le vendredi et finit le samedi. On pense que c'est sévère. C'est plus que ce que la Couronne a demandé, mais ça fait partie des balises, ça respecte le droit, ça respecte ce que le législateur entendait par ça."

Partager sur Facebook
1,301 1.3k Partages

Source: La Presse
Crédit Photo: Courtoisie