Nouvelles : Pas de fêtes si le nombre des nouveaux cas ne descend pas en dessous de 1000 par jour

Pas de fêtes si le nombre des nouveaux cas ne descend pas en dessous de 1000 par jour

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les quatre jours prévus par le gouvernement Legault afin d'autoriser des rassemblements restreints à l'occasion de Noël pourraient faire l'objet d'une annulation dans l'éventualité où le nombre de nouveaux cas de COVID-19 ne descendrait pas sous la barre des 1000 par jour.

C'est mardi, lors d'une conférence de presse, que le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, a fait cette importante mise en garde à la population.

Alors que la moyenne de nouveaux cas était d’environ 1300 autour du 10 novembre, la moyenne mobile sur sept jours s’élève à 1182 à l’heure actuelle. Il faut remonter aux dix jours qui précédaient l'Halloween pour retrouver une moyenne se situant en dessous des 1000.

Il faudra donc que toute la population mette les bouchées doubles afin de limiter la propagation de la COVID-19, comme l'a indiqué le Dr Arruda: "La situation est très fragile encore actuellement, et je vous le dis, il nous faut maintenant aussi abaisser le taux si on veut être capables de se permettre ces deux rassemblements de Noël."

Le premier ministre François Legault a aussi profité de cette conférence de presse afin d'indiquer aux Québécois et aux Québécoises qu'ils devront se limiter à « deux rassemblements au maximum » à Noël, tout en rappelant que les rencontres d’au plus 10 personnes seront permises. Lors de la première annonce concernant cette autorisation de quatre jours, le gouvernement n'avait pas encore précisé de limites de rassemblements.

Le Dr Arruda n'a pas caché qu'il faudra observer une réduction considérable du nombre de cas par jour pour que cette autorisation soit maintenue: "J’aimerais que ça baisse, parce que plus on part haut, plus l’exposition dans le temps des Fêtes va aller en augmentant. Donc, j’invite véritablement les Québécois à faire des efforts d’ici le 17 décembre. Ça va être très payant, chacune des réductions des contacts qu’on a."

Rappelons enfin que l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a déclaré la semaine dernière qu'il y avait un important risque de débordement dans certains hôpitaux hors du Grand Montréal, en raison de la hausse des cas de COVID-19 et des hospitalisations.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Capture d'écran vidéo YouTube