Nouvelles : «Parce que j'avais un grand homme noir dans ma voiture, des policiers ont pensé que j'étais en danger»

«Parce que j'avais un grand homme noir dans ma voiture, des policiers ont pensé que j'étais en danger»

Une histoire bouleversante.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le décès de George Floyd il y a quelques jours a ravivé les tensions raciales aux États-Unis, une femme blanche mariée à un homme noir a décidé de briser le silence concernant le racisme dont les personnes de couleur sont victimes aux États-Unis.

C'est le site web d'informations et de divertissement LoveWhatMatters qui rapporte l'histoire de Kayah Roper, une jeune femme qui vit dans la ville de Georgetown dans le Kentucky. Son mari, Jimmie Roper, est un homme noir et elle a décidé d'écrire un texte pour expliquer «qu'être noir et vivant devrait être considéré comme normal et non comme une chance». Avant de parler de sa propre expérience, elle a tenu à rappeler que l'histoire de George Floyd est bien loin d'être un cas isolé.

«En lien avec la mort d'Ahmaud Arbery et de George Floyd, j'ai eu du mal à trouver des mots pour expliquer ce que je ressens ... alors j'ai dressé une liste de choses risquées que les gens ne devraient pas faire lorsqu'ils sont noirs en Amérique. 

Faire du jogging - Ahmaud Arbery. ⁣

Vendre des CDs - Alton Sterling.

Tenir un téléphone portable - Stephon Clark. ⁣

Rentrer à la maison avec des Skittles dans une poche  – Trayvon Martin. ⁣

Allez à l'église – Charleston Shooting. ⁣

Avoir une contravention – Sandra Bland. ⁣

Profiter légalement des droits garantis par le deuxième amendement – Philando Castile. ⁣

Jouer avec tout ce qui ressemble à une arme – Tamir Rice. ⁣

Regarder de manière suspicieuse de loin – Eric Garner and George Floyd. ⁣

Ce n'est pas nouveau.

Quand cela va-t-il s'arrêter ?»

Crédit photo: Kayah Roper Page Facebook

Elle a par la suite décidé de parler de son mari et des mésaventures qui ont pu lui arriver en raison de sa couleur de peau. «Trois policiers se sont approchés de nous pour me demander si j'allais bien. Pas de contravention, pas d'explication, ils se sont juste dit que j'étais en danger parce que j'avais un grand homme noir dans ma voiture. Quelqu'un a appelé la police parce que nous avions une attitude suspecte (...) Mon mari aurait pu faire partie de ces noirs qui font des choses normales, mais qui finissent par se faire tuer (...) C'est le monde dans lequel on vit en ce moment, faute d'une meilleure phrase, c'est de la merde».

Crédit photo: Kayah Roper Page Facebook
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: LoveWhatMatters · Crédit Photo: Courtoisie