Nouvelles : “On a investi dans des séparateurs en plexi. Tout est hyper sécuritaire. Et le gouvernement dit aux gens de ne pas venir.”

“On a investi dans des séparateurs en plexi. Tout est hyper sécuritaire. Et le gouvernement dit aux gens de ne pas venir.”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une restauratrice dont l'établissement est situé en zone orange a lancé un cri du coeur quant aux contraintes imposées par les mesures actuelles afin de limiter la propagation de la COVID-19.

La propriétaire du restaurant Auguste, à Sherbrooke, Anik Beaudoin, a expliqué au journal La Presse que même si elle peut encore servir des repas en salle à manger, la clientèle se fait de plus en plus rare, ce qui cause une baisse très importante de ses revenus: "On a investi dans des séparateurs en plexi. Tout est hyper sécuritaire. Et le gouvernement dit aux gens de ne pas venir. Tant qu’à ça, fermez-nous."

Selon la propriétaire, la clientèle est de plus en plus difficile à attirer: "La semaine, c’est désertique. [Mardi] midi, on a eu sept clients et [mercredi] soir, neuf. Je pourrais fermer en semaine et ouvrir juste le vendredi et le samedi. Je ne peux pas juste vivre avec les revenus du jeudi et du vendredi."

Carl Huth, copropriétaire du Rouge Burger Bar, au Saguenay, partage pour sa part un avis très similaire à Anik Beaudoin: "On se sent en zone rouge, sans l’être réellement. Quand on dit à toute la population "restez chez vous", ça a un impact."

Tout en faisant allusion au fait que les restaurateurs et propriétaires de bars situés en zone rouge ont droit à un remboursement de 80 % de leurs frais fixes, jusqu’à hauteur de 15 000 $, pour le mois d’octobre, Carl Huth a déclaré: "SVP, mettez-nous en zone rouge. On a toutes les mêmes répercussions, mais on n’a pas l’aide. [...] En ce moment, être en zone orange n’a pas plus d’avantages concurrentiels que d’être situé en zone rouge.!

Du côté de l’Association Restauration Québec (ARQ), le vice-président aux affaires publiques et gouvernementales, François Meunier, croit que le seul recours qui s'offre aux restaurateurs qui sont encoure ouverts est de mettre les bouchées doubles, et ce, en espérant des développements dans le futur: "Je pense que les gens doivent commencer à comprendre que le gouvernement ne pourra pas sortir de l’argent pour tout le monde, pour tout le Québec."

Enfin, François Meunier a tenu à lancer un dernier avertissement aux restaurateurs en affirmant: "Plus longtemps vous êtes capables d’aller chercher un peu de revenus avec le maintien de votre salle à manger ouverte, même partiellement avec des services de livraison, faites-le, parce que ce n’est pas vrai qu’il va rester de l’argent ad vitam aeternam."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: iStock