Nouvelles : Les squatteurs de la Nièvre pourraient se faire chasser par des citoyens mécontents

Les squatteurs de la Nièvre pourraient se faire chasser par des citoyens mécontents

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La petite commune de Saint-Honoré-les-Bains, dans la Nièvre, fait face à une affaire plutôt inédite alors que des squatteurs occupent une résidence qui était inhabitée depuis longtemps. Toutefois, ils pourraient se faire chasser par des citoyens excédés par la situation.

La résidence, qui est occupée par un couple de squatteurs dans la quarantaine, se trouve à être la propriété d'une femme récemment placée en Ehpad. La propriétaire est une octogénaire originaire de la commune qui réside en Île-de-France et chaque été, elle venait y passer quelques semaines.

Puisqu'elle a eu des ennuis de santé il y a quelques mois, la dame a été placée en Ehpad et elle n'a pas pu retourner à sa résidence d'été. Ce n'est donc que le 30 août dernier que le fils de la propriétaire a été informé qu'un couple vivait dans la demeure de sa mère. L'homme a expliqué au Journal du Centre: "On pense qu'ils sont passés par une fenêtre, et qu'ils ont trouvé un double des clés dans la maison."

Là où l'histoire devient particulièrement inédite, c'est lorsque BFMTV fait remarquer qu'à "l'inverse d'une résidence principale, la loi oblige un propriétaire d'une maison de vacances à faire constater son occupation illégale par un huissier, prendre un avocat et enfin saisir un juge qui procédera, lui, à une demande d'expulsion".

L'un des deux occupants de la maison a expliqué aux médias locaux: "Je comprends, je serais à la place des gens, je ne serais pas d'accord. Mais le problème c'est que moi je connais la loi, je sais que la loi est comme ça." Pour sa part, la seconde personne à occuper la demeure a déclaré: "On n'a rien abîmé, rien volé, rien détérioré. Notre intention n'était pas ça, il faut le savoir. On avait même l'intention de débroussailler la tonne de ronces qui est là depuis 30 ans."

Ce n'est toutefois pas l'avis du fils de la propriétaire qui s'est indigné en affirmant: "Quand je suis rentré, samedi soir, ça puait la beuh. Il y avait des draps agrafés aux fenêtres. (...) Ils ont fouillé dans les placards, ils connaissent des détails médicaux de ma mère, ils se complaisent à fouiller dans son intimité."

Enfin, même le maire de la ville, Didier Bourlon, a tenté d'aider le fils de la propriétaire à expulser les squatteurs, mais en vain. Le maire a expliqué France 3: ""Certains jeunes, certains moins jeunes, vont se regrouper et vont chasser les squatteurs. C'est ce que j'ai expliqué à certaines autorités ce matin. J'ai très peur que ça dégénère."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Adobe Stock