Nouvelles : Les salles à manger fermées dans les RPA entraînent beaucoup de grogne envers le gouvernement Legault.

Les salles à manger fermées dans les RPA entraînent beaucoup de grogne envers le gouvernement Legault.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La décision du gouvernement de François Legault de fermer les salles à manger des résidences privées pour aînés (RPA) jusqu'au 8 février engendre l'ire de ces établissements, rapporte La Presse. 

« Quand j’ai su que je devais emprisonner mes 34 personnes âgées de 90 ans dans une chambre, j’ai trouvé ça inacceptable. On ne peut pas faire ça à des êtres humains », dénonce Line Vincelli, directrice et propriétaire de la Résidence Outremont à Montréal, en entrevue avec le quotidien montréalais. 

Le 8 janvier, le gouvernement du Québec annonçait de nouvelles directives et interdisait les repas en salle à manger dans les RPA entre le 9 janvier et le 8 février. Ainsi, afin de prévenir la propagation de la COVID-19, les repas seront servis directement aux unités locatives en appliquant rigoureusement des mesures de prévention et de contrôle des infections, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

« Ce n’est pas un appartement qu’ils ont, c’est une chambre », illustre Mme Vincelli. 

« Je trouve ça difficile, je m’ennuie », fait savoir quant à lui André Crevier, qui vit à la résidence Lilo à L’Île-Perrot.

« La fermeture des salles à manger, c’est très nocif pour les résidants. Les gens seuls se détériorent. Ils mangent moins, et je les vois vieillir plus vite », constate pour sa part Francine Vallée, qui vit à la résidence Saint-Eugène, à Montréal, en compagnie de sa sœur Ginette. 

« Avant les Fêtes, j’avais supplié le gouvernement de ne pas faire ça. C’est le seul moment de la journée, ou presque, où les résidants peuvent voir du monde. Et il y a des mesures qui sont mises en place » pour réduire le risque de contamination », explique le président du Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA), Yves Desjardins, qui a vainement tenté d'obtenir des assouplissements. 

Selon lui, le ministère n'a jamais pu prouver que les salles à manger étaient sources d'éclosions dans les RPA.  « Il n’y a rien qui a démontré ça, et ça n’a jamais été discuté. » 

Avant les Fêtes, le ministère lui a toutefois fait parvenir des statistiques démontrant que 50 % des éclosions sont dues à des employés, tandis que 40 % tirent leurs origines, des familles, des visiteurs ou des proches aidants.

« Ce n’était pas très concluant. Il n’y avait pas une source, mais plusieurs sources » aux éclosions. Le Ministère me dit : “On n’a pas le choix, les cas et les hospitalisations n’arrêtent pas de monter, etc.” Je comprends, mais on en demande beaucoup aux aînés », dénonce-t-il. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock