Nouvelles : Les Québécois plus gros que jamais.

Les Québécois plus gros que jamais.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Les Québécois et les Québécoises devraient faire davantage attention à leur santé, car une étude récente a démontré que les cas d'obésité abdominale avaient doublé au cours des 30 dernières années.

Selon l'étude menée par l’Institut national de santé publique (INSPQ), celle-ci révèle que les cas d'obésité abdominale sont passés de 21 à 48 % chez les femmes, tandis que chez les hommes, on assiste à une augmentation de 14 à 32 %.

On parle d'obésité abdominale lorsqu'un homme présente un tour de taille égal ou supérieur à la valeur seuil de 102 centimètres, tandis que pour les femmes, on parle d'un tour de taille égal ou supérieur à la valeur seuil de 88 centimètres.

Ces résultats sont plutôt effrayants étant donné que la science a démontré depuis longtemps qu'un tour de taille trop élevée est lié à l’Indice de masse corporelle, ce qui risque de développer des maladies chroniques telles que le diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires.

Il n'en demeure pas moins que l’INSPQ juge que l'Indice de masse corporelle imparfait, et ce, même s'il s'agit de l’indicateur habituellement utilisé pour la surveillance populationnelle du poids. La raison pour laquelle l'INSPQ en juge ainsi, c'est que l'Indice de masse corporelle ne renseigne pas sur la distribution de la masse adipeuse chez les individus.

Les groupes chez qui on constate une augmentation des cas d'obésité abdominale sont les jeunes adultes (18-34 ans), les adultes d’âge moyen (35-64 ans) et les adultes plus âgés (65-74 ans). Les résultats de l'étude ont clairement démontré que les cas avaient plus que doublé chez ces groupes depuis 1990.

En s'appuyant sur les résultats obtenus, l'INSPQ a donc déduit que "plus de Québécois pourraient développer des maladies chroniques liées à l’obésité abdominale plus tôt dans leur vie adulte".

Selon l'INSPQ, il s'agirait de la première étude du genre à être menée quant à cette problématique qui gagne en importance depuis plusieurs années.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Courtoisie