Nouvelles : Les non-vaccinés pourraient être forcés de rester en télétravail

Les non-vaccinés pourraient être forcés de rester en télétravail

Le ministre du Travail a fait une déclaration qui fait bien jaser

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Si les lois du Québec ne peuvent pas forcer les travailleurs à se faire vacciner, un employeur a tout de même le droit de forcer les récalcitrants à rester travailler depuis leur domicile, rapporte le Journal de Québec. 

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a d'ailleurs transmis au Journal de Québec une déclaration en ce sens. 

Il n'est pas le seul. Cette semaine, le président de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, Michel Leblanc, avait d'ailleurs déclaré que plusieurs chefs d'entreprises songeaient à imposer les deux doses de vaccination aux employés qui souhaitent revenir au bureau.

Mais en vertu des lois provinciales et de la Charte canadienne des droits et libertés, un employeur ne peut pas obliger ses employés à se faire vacciner, rappelle M. Boulet. Néanmoins, un chef d'entreprise pourrait exiger que ces employés restent à la maison pour travailler. 

« C’est la prérogative de l’employeur de décider du lieu de travail, c’est son droit », évalue le ministre Boulet.

Il avait déjà fait savoir que « le statut vaccinal d’une personne ne peut être un motif de discrimination à l’embauche et ne peut constituer une raison valable de congédiement », tout en tenant compte de « la diversité des milieux de travail et des niveaux de risque ». 

Aux États-Unis, le président Joe Biden a annoncé que tous les fonctionnaires fédéraux qui reviennent au bureau devront être vaccinés, ou porter le masque et subir un test de dépistage. 

Des entreprises comme Google, Facebook et Uber demanderont également à leurs employés au bureau qu'ils soient doublement vaccinés. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Capture d'écran vidéo Facebook