Nouvelles : Les malades chroniques et les personnes handicapées ont maintenant droit au vaccin.

Les malades chroniques et les personnes handicapées ont maintenant droit au vaccin.

Cette nouvelle étape dans la campagne de vaccination

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le ministre de la Santé et des Services Sociaux, Christian Dubé, a confirmé que la vaccination serait maintenant ouverte aux malades chroniques qui sont âgés de moins de 60 ans, tout comme aux personnes qui doivent composer avec un handicap moteur ou intellectuel, ainsi que les individus qui présentent un trouble du spectre de l’autisme.

C’est jeudi, lors d’un point de presse auquel ont aussi participé le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, et le directeur de la campagne québécoise de la vaccination, Daniel Paré, que le ministre Christian Dubé a fait part de cette nouvelle étape dans la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Tout en assurant que les autorités se fieraient à la bonne foi du public en n’exigeant aucune preuve attestant l’état de santé des personnes qui se feront vacciner, le ministre Christian Dubé précisé que les prises de rendez-vous dans un centre de vaccination ou en pharmacie seront désormais possibles dès vendredi.

En ouvrant la vaccination aux malades chroniques âgés de moins de 60 ans, la Santé publique estime qu’environ 300 000 personnes additionnelles recevront le vaccin.

Cette nouvelle étape dans la campagne de vaccination s’adressera aussi dès la semaine prochaine à « toute personne présentant une incapacité motrice, intellectuelle, de la parole ou du langage, visuelle, auditive ou associée à d’autres sens, ou encore, liée à un trouble du spectre de l’autisme ».

À noter qu’il sera possible à un proche aidant par personne de prendre rendez-vous.

Le ministre Christian Dubé a défendu la décision de la Santé publique de ne pas exiger de preuve attestant un problème de santé en affirmant : « Maintenant qu’on a eu la chance d’avoir 900 000 vaccins en plus en mai, je pense que de se fier à la bonne foi des gens, c’est la chose à faire. Je pense que les gens atteints de maladies chroniques ont déjà beaucoup à faire avec la vie qu’ils ont et ils ont attendu assez longtemps. »

Enfin, du côté de Daniel Paré, le directeur de la campagne québécoise de vaccination s’est montré très optimiste quant à cette nouvelle étape : « Je sais que les Québécois ont hâte, mais de terminer avec nos personnes les plus vulnérables, c’était le bon choix à faire. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock