Nouvelles : Legault répète qu’il ne veut pas d’une enquête publique sur sa gestion de la crise sanitaire

Legault répète qu’il ne veut pas d’une enquête publique sur sa gestion de la crise sanitaire

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le premier cas de COVID-19 a été détecté au Québec il y a un an, François Legault s'est entretenu avec Radio-Canada. Il a notamment répété ne pas vouloir d’une enquête publique sur sa gestion de la crise sanitaire et a renouvelé sa confiance à Christian Dubé et Horacio Arruda. 

Lorsque la journaliste Véronique Prince demande pourquoi le premier ministre du Québec ne veut pas d’une enquête publique sur sa gestion de la crise sanitaire, le principal intéressé se défend d'être borné. Selon lui, avoir nommé la Commissaire à la santé et au bien-être pour examiner les décisions prises pendant la pandémie est amplement suffisant.

«Quand je regarde la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique, ils ont fait exactement comme nous. (...) Est-ce que les autres provinces sont bornées? Je pense que c'était surtout important d'avoir un rapport rapide, en septembre cette année», lance-t-il. 

François Legault est également revenu sur le remplacement de Danielle McCann par Christian Dubé au poste de ministre de la Santé. «C’est pas un blâme envers Danielle (...) Danielle, c’est quelqu’un qui collabore, écoute, concilie. Elle l’a très bien fait, mais ç'a été très épuisant (...) Ce que je sentais, c’est que tout le monde était épuisé! On ne peut pas travailler semaine après semaine, sept jours sur sept. Psychologiquement, c'était dur de voir autant de décès, ce qui se passait dans les CHSLD, des gens qui n'étaient pas nourris, qu'on abandonnait...», explique-t-il. 

Crédit photo: Capture d'écran vidéo Facebook François Legault

Toutefois, il admet que l'approche de Christian Dubé est plus adaptée à la situation que celle de sa prédécesseure. «Moi, je vous dirais que Danielle McCann était la meilleure personne pour apaiser et motiver le réseau. Je pense que Christian Dubé a une approche un peu plus cassante, qui est nécessaire actuellement parce qu’il y a un travail à faire sur l’imputabilité».

Le premier ministre en a profité également pour renouveler sa confiance au Dr Horacio Arruda, le directeur national de la Santé publique. Il s'agit encore de l'homme de la situation, selon lui, même s'il a essuyé de nombreuses critiques. «C’est la même chose pour moi, là! Il y a des Québécois qui trouvent que je suis trop dur, que je vais trop loin… et il y a des Québécois qui trouvent que je ne vais pas assez loin, que je suis trop lousse. C’est la même chose avec le Dr Arruda! (...) Ce n'est pas un équilibre qui est facile».

François Legault est aussi revenu sur sa relation avec le premier ministre du Canada. «Il y a des décisions qui ont été prises par Justin Trudeau avec lesquelles je n'étais pas d'accord!», indique-t-il. Il en a profité pour lui adresser une petite pique.«Le virus est entré par les frontières. Est-ce qu'on aurait pu être plus rapides à fermer les frontières? Moi, je pense que oui». Il a tout de même reconnu que l'homme de 49 ans avait été très prudent tout au long de la crise sanitaire.

Le premier ministre du Québec conclut son entrevue avec une touche d'espoir en expliquant que le Québec pourra bientôt commencer une «nouvelle vie» en raison de la campagne de vaccination qui est en train de s'accélérer.

Partager sur Facebook
0 0 Partages