Nouvelles : Le parquet fait appel suite à la relaxe d'une nounou en état d'ébriété.

Le parquet fait appel suite à la relaxe d'une nounou en état d'ébriété.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le parquet de Lorient a annoncé qu'il ferait appel quant à la relaxe dont avait bénéficié une nourrice qui avait une alcoolémie de 2,46 grammes alors qu'elle était chargée de surveiller un nourrisson âgé de 16 mois.

C'est vendredi que le parquet de Lorient a fait appel quant au jugement du tribunal correctionnel en lien avec une assistante maternelle qui avait été retrouvée en état d'ivresse alors qu'elle gardait un bébé de seize mois.

L'incident plutôt troublant s'était produit le 15 mars tandis que le père de l'enfant de 16 mois était venu chercher celui-ci. À la grande surprise du père, son bébé déambulait librement dans la maison alors que la nourrice était installée dans son canapé en état d'ivresse manifeste, avec une alcoolémie de 2,46 g.

Le 12 septembre dernier, la nourrice de 48 ans comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lorient afin de répondre à des accusations pour privation de soins ou d'aliments compromettant la santé d'un mineur par personne ayant autorité, mais voilà qu'un jugement du tribunal correctionnel allait la relaxer.

BFMTV rapporte que la femme aurait perdu son agrément sur décision du Conseil départemental depuis les faits.

C'était depuis septembre 2018 que l'enfant était sous la responsabilité de la nourrice qui était agréée et expérimentée.

Lors du procès, le père avait expliqué avoir cogné pendant plusieurs minutes sans obtenir de réponse. Le père avait alors dû s'introduire par une baie vitrée ouverte et c'est alors qu'il avait aperçu son fils Maël "à quatre pattes jouant avec une canette de bière vide".

Le père avait ensuite expliqué avoir trouvé la nourrice qui "dormait sur le canapé une bouteille de vin aux trois quarts vide à son chevet. Impossible de la réveiller: je croyais qu'elle était morte".

La nourrice a admis lors du procès qu'elle ne s'occupait plus de l'enfant depuis au moins deux heures lorsque le père est arrivé sur les lieux.

Enfin, l'avocat de la nourrice, Thomas Delaby, avait indiqué que bien que la nourrice avait mal agi, elle n'avait pas mis la santé de l'enfant en danger.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Courtoisie