Nouvelles : Le Leclerc qui ne voulait pas contrôler les pass sanitaires revient sur sa décision

Le Leclerc qui ne voulait pas contrôler les pass sanitaires revient sur sa décision

L'hypermarché fait marche arrière

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Après avoir annoncé qu'il ne contrôlerait pas le pass sanitaire de ses clients, le directeur d'un hypermarché Leclerc fait finalement marche arrière, rapporte Le Parisien. 

Les clients pouvaient alors faire leurs courses sans montrer le document, en passant par une entrée depuis le stationnement.  Le pass sanitaire est cependant obligatoire dans tous les centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés. 

Le patron de l'hypermarché, Jacques Blimont, avait fait savoir que sa décision avait été prise à cause d'une « distorsion de concurrence ». 

Néanmoins, la mise en demeure envoyée par la préfecture de Haute-Garonne l'a forcé à faire marche arrière. Rappelons qu'une mise en demeure peut mener à une fermeture définitive d'un magasin. 

« Chers clients, à la suite de la mise en demeure de la préfecture nous n’avons d’autre choix que de mettre en place le contrôle du pass sanitaire pour l’accès à notre hypermarché », était-il écrit mardi matin sur la page Facebook du magasin.

« On n’avait pas trop de marge de manœuvre vu les risques encourus, on ne va tout de même pas mettre en péril la situation de nos salariés et de l’entreprise », a expliqué M. Blimont à l'Agence France-Presse (AFP). Il estime que néanmoins que la décision de la préfecture était « logique par rapport au dispositif en place et aux moyens que se donnent la préfecture et l’État dans ce genre de situations ».

« Nous maintenons notre position sur l’injustice de cet arrêté qui nous oblige à exiger un pass alors que l’ensemble de nos concurrents en sont exonérés », est-il néanmoins écrit dans la publication de l'établissement sur Facebook.

De son côté, la préfecture de Haute-Garonne a rappelé à l'AFP que le document était « exigé à l’entrée du centre commercial que ce dernier soit constitué d’un seul ou de plusieurs bâtiments, y compris lorsqu’ils ont un accès direct indépendant ». 

Rappelons que les propriétaires d'établissements où le pass sanitaire est exigé qui refuseraient de se conformer risquent une fermeture administrative de leur commerce, un an d'emprisonnement, ou encore une amende de 9 000 euros. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Facebook