Nouvelles : Le Dr Arruda menace les Québécois que «ça va être just too bad» si la situation se déteriore.

Le Dr Arruda menace les Québécois que «ça va être just too bad» si la situation se déteriore.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a rappelé aux Québécois et aux Québécoises qu'il était très important de continuer à respecter les mesures visant à contenir la propagation de la COVID-19, car dans l'éventualité où la situation se détériorait, la période de grâce pour les Fêtes pourrait être annulée.

C'est au cours d'une entrevue sur les ondes de LCN que le Dr Arruda a mis la population en garde en déclarant: «C’est un risque, c’est clair, mais c’est un risque calculé et c’est conditionnel à ce qu’on soit à un stade qui est assez bas. Si on est en pleine accélération vers le haut des cas, ça va être just too bad.»

La date limite que le gouvernement s'est donnée afin de valider son plan de match des Fêtes est le 17 décembre, mais une annonce pourrait être effectuée bien avant si la situation actuelle s'améliore significativement.

Puisque la situation au Saguenay-Lac-Saint-Jean est présentement très préoccupante, le Dr Arruda souhaite grandement observer une réduction des nouveaux cas dans ce secteur, tandis qu'il espère aussi que la situation se maintiendra du côté de Montréal: «Faites les efforts dès maintenant. Si Montréal conserve sa tendance légèrement à la baisse et si au Saguenay-Lac-Saint-Jean on se corrige, ce qu’on voit pour l’impact sur les hospitalisations va se corriger.»

Le Dr Arruda a aussi rappelé à la population qu'il allait être préférable de limiter le nombre de rassemblements au cours de ces quatre jours: «Ce n’est pas le temps d’avoir quatre jours de partys, du matin jusqu’au soir. On vous donne une opportunité d’avoir un repas de famille ensemble.»

Enfin, le directeur national de la Santé publique a vivement déconseillé les déplacements entre les régions: «Idéalement, on ne le fait pas. Et si vous allez d'une zone rouge à une zone jaune, par exemple en Abitibi, vous n’êtes pas censés aller au restaurant. On ne mettra pas une police en arrière de chacune des personnes, mais ça ne serait pas drôle d’aller contaminer grand-maman à son dernier Noël parce qu’on n’a pas respecté les consignes.»

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran