Nouvelles : La SQ met fin à un réseau d'arnaque amoureuse qui ciblait les aînés

La SQ met fin à un réseau d'arnaque amoureuse qui ciblait les aînés

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un réseau d'arnaque qui se servait des sites de rencontres ou des réseaux sociaux afin de piéger ses victimes, qui se trouvaient à être des aînés, a été démantelé par la Sûreté du Québec (SQ).

La SQ a révélé avoir procédé à l'arrestation de douze personnes dans les régions de Québec, de Montréal et de l’Outaouais. Les forces de l'ordre ont aussi précisé que la tête dirigeante du réseau, Sogli Espoir Kouassi, et deux de ses complices, Akissi Christelle Semon et Yapo Landry N’Cho, faisaient partie des individus qui ont été arrêtés au cours de cette opération.

Les trois individus en question feront face à des accusations de fraude ou de recel, selon leur degré d’implication dans ce dossier, et ils sont tous âgés d’une trentaine d’années. Les trois suspects sont originaires de la Côte d'Ivoire, mais ils vivent maintenant à Québec et à Lévis.

Le réseau démantelé aurait fait au moins une cinquantaine de victimes, et ce, pour un total évalué à 2,3 millions de dollars.

La porte-parole de la SQ, Audrey-Anne Bilodeau, a expliqué à ICI Radio-Canada que le réseau repérait ses victimes grâce à de faux profils mis en ligne sur des sites de rencontre ou des réseaux sociaux: "Les fraudeurs [...] commençaient à échanger avec leurs victimes. D’abord, ils installaient une relation de confiance, qui devenait par la suite carrément une relation amoureuse virtuelle. [...] Lorsque ce lien de confiance était établi –dans certains cas on parle de plusieurs semaines d’échanges – une [fausse] urgence médicale arrivait, donc le fraudeur demandait de l’argent."

Ce serait à la suite d'une plainte en mai 2019 que l'enquête de la SQ a été ouverte, mais selon la porte-parole de la SQ, "tout porte à croire que c’est un stratagème qui durait peut-être depuis des années".

Enfin, la SQ a rappelé que toute personne qui croit avoir été victime de ce réseau est invitée à contacter son poste de police local.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Facebook