Nouvelles : La réforme de la carte bancaire des demandeurs d'asile fait scandale

La réforme de la carte bancaire des demandeurs d'asile fait scandale

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Il s'agit d'une des polémiques du moment en France et elle concerne les demandeurs d'asile. La carte bancaire qui est mise à leur disposition va être réformée et beaucoup d'observateurs jugent que ces «ajustements» briment leurs droits.

C'est BFM TV qui rapporte cette nouvelle qui risque de diviser fortement l'opinion publique. Certains vont être en total accord avec cette réforme alors que d'autres vont la trouver complètement inappropriée. Une chose est certaine, tout le monde ou presque va avoir son avis sur cette nouvelle réforme qui est déjà en train de déchainer les passions. En effet, L'Office français de l'immigration et de l'intégration a décidé de réformer la carte bancaire des demandeurs d'asile et cette initiative est loin de faire de l'unanimité.

Pourquoi cette réforme fait autant polémique ? Certains observateurs y voient un moyen de mener la vie dure aux nouveaux arrivants parce que ces derniers ne pourront plus retirer d'argent liquide dans les distributeurs. Leur carte leur servira seulement à effectuer des paiements, indique BFM. La chaîne de télévision rappelle que les demandeurs d'asile touchent ce qu'on appelle l'Allocation pour demandeurs d'asile qui s'élève à 7 euros par jours soit environ 200 euros par mois pour une personne célibataire ou 400 euros par mois pour un couple avec des enfants.

***

BFM TV précise toutefois que les demandeurs d'asile pourront réaliser ce qu'on appelle des «cashback» dans les magasins qui le permettent, c'est-à-dire retirer de l'argent en même temps qu'ils effectuent un achat. Cependant, la limite est fixée à 59 euros. Un argument qui ne fait pas le poids pour les associations qui voient cette réforme comme un moyen d'affaiblir la volonté des demandeurs d'asile de demander cette fameuse allocation. Surtout que seulement 25 paiements mensuels sont autorisés et que les autres sont facturés 50 centimes chacun.

Le risque dans cette réforme, c'est donc l'ajout d'une difficulté pour les demandeurs d'asile d'avoir accès à de l'argent liquide, relate BFM TV. L'entrée en vigueur de cette réforme est prévue pour le mois de novembre prochain et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est très loin de faire l'unanimité chez les personnes concernées qui n'ont d'ailleurs pas été consultées lors de son élaboration.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFM TV
Crédit Photo: Adobe Stock