Nouvelles : La prison pour une coiffeuse qui a gardé son salon ouvert.

La prison pour une coiffeuse qui a gardé son salon ouvert.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Au Texas, une coiffeuse qui avait gardé son salon ouvert en violation des règles édictées pour limiter la propagation du nouveau coronavirus a été condamnée à sept jours de prison. Le gouverneur républicain Greg Abbott a par la suite demandé sa libération.

C'est le 28 avril dernier que le tribunal fédéral de Dallas lui avait ordonné de se plier aux règles de confinement, mais mardi dernier, après que celle-ci ait été prise en flagrant délit par la ville, le comté et l'État, Shelley Luther, la patronne du salon "A la mode", a été condamnée.

En plus d'avoir écopé d'une peine d'emprisonnement, la coiffeuse devra aussi payer une amende de 1 000 dollars pour chacun des sept jours d'infraction, comme l'a souligné le juge en expliquant qu'elle avait "continué ses opérations pendant sept jours et jusqu'à cette audience", et surtout, qu'elle "n'a exprimé aucun remords ni regret".

La coiffeuse avait notamment participé à des manifestations anti-confinement où elle avait expliqué qu'elle devait nourrir ses enfants. Dans une entrevue qu'elle avait accordée à des médias locaux, Luther avait déclaré: "Si vous pensez que la loi est plus importante que nourrir des enfants, prenez votre décision mais je ne fermerai pas mon salon."

Du côté du procureur général du Texas, le républicain Ken Paxton, ce dernier n'a pas caché qu'il jugeait que cette décision du tribunal était "honteuse et déconnectée du réel", tout en disant souhaiter que soit libérée Luther qu'il a qualifiée de "mère qui a gardé son salon ouvert pour mettre à manger sur la table de la famille".

Dans un communiqué, le gouverneur républicain Greg Abbott a aussi jugé la décision comme étant "excessive", tout en ajoutant que "Pendant une pandémie, le respect des consignes est important (...) mais il doit y avoir des moyens moins répressifs d'atteindre notre but".

Jeudi, Abbott a amendé son arrêté de confinement en déclarant: "Je supprime les peines de prison en cas de violation de mon arrêté, avec effet rétroactif." Le gouverneur a ajouté que cet amendement "devrait permettre, s'il est bien appliqué, de libérer Shelley Luther".

Jusqu'à présent, le nouveau coronavirus a causé la mort de 72 000 personnes aux États-Unis et ce sont les gouverneurs des États qui ont l'autorité de demander un confinement ou un déconfinement.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran