Nouvelles : La police libère 11 enfants d'un camp de l'horreur sorti tout droit d'un cauchemar.

La police libère 11 enfants d'un camp de l'horreur sorti tout droit d'un cauchemar.

C'est indescriptible.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
639 639 Partages

Au Nouveau Mexique, dans le comté de Taos, la police a fait l'horrible découverte d'un camp qui gardait captifs 11 enfants âgés entre 1 an et 15 ans.

Selon ce que rapporte la police, les enfants étaient condamnés à vivre dans ce camp qui consistait en fait en une simple caravane sans eau et sans électricité isolée dans le désert.

Les enfants devaient ainsi vivre dans des conditions extrêmement insalubres, en plus de n'avoir que des guenilles en guise de vêtements.

Comme les autorités ont jugé que ces enfants ne pouvaient pas vivre dans un tel environnement, ceux-ci ont été retirés du campement afin d'être relocalisés par les services locaux de protection de l'enfance.

Si la police a fait la découverte de ce campement, c'est purement par hasard.

C'est donc dans le cadre d'une enquête visant à retrouver un garçon de 3 ans qui était porté disparu depuis décembre 2017 dans le comté de Clayton, en Géorgie, que les enquêteurs ont fini par découvrir le camp en question.

La police suivait la piste de Siraj Wahhaj, un homme de 39 ans qu'on soupçonnait d'avoir enlevé son garçon.

L'enquête aura ainsi fait en sorte que policiers se seront intéressés à une propriété située à proximité de la frontière avec le Colorado, au centre des Etats-Unis.

C'est par la suite que les enquêteurs auront découvert le camp situé sur la commune d'Amelia, mais pendant plusieurs semaines, le campement aura été ignoré par la police étant donné qu'on concentrait alors les recherches afin de retrouver l'enfant de 3 ans.

Ce n'est qu'après que des policiers de l'Etat de Géorgie aient transmis un message à ceux du comté de Taos, au Nouveau Mexique, que l'horreur qui régnait dans ce campement a été dévoilée au grand jour.

Le message en question qui avait été transmis par les policiers de l'Etat de Géorgie provenait vraisemblablement du campement et celui-ci affirmait: "Nous avons faim et avons besoin de nourriture et d'eau."

À cet effet, le shérif du comté de Taos, Jerry Hogrefe, explique: "Je savais absolument que nous ne pouvions pas attendre qu'une autre agence intervienne et nous devions aller vérifier cela dès que possible. [...] La seule nourriture que nous avons vue était quelques pommes de terre et une boîte de riz dans la remorque sale."

Voici un reportage de BFMTV: 

En plus des 11 enfants qui étaient captifs du campement, 5 adultes s'y trouvaient dont Siraj Wahhaj, le père de l'enfant disparu à l'origine des recherches qui ont mené au démantèlement du camp. Toutefois, l'enfant de 3 ans n'a toujours pas été retrouvé.

Jerry Hogrefe termine en affirmant: "Nous avons fait des recherches approfondies pour retrouver l’enfant disparu, notre cible principale. [...] Nous ne voulions certainement pas quitter cet endroit et laisser un enfant derrière nous et je suis convaincu que nous ne l'avons pas fait."

Partager sur Facebook
639 639 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Courtoisie