Nouvelles : La mère qui a squatté une maison dans les Alpes-Maritimes souhaite y retourner

La mère qui a squatté une maison dans les Alpes-Maritimes souhaite y retourner

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que la famille qui a squatté une maison dans la commune de Théoule-sur-Mer a évacué les lieux lundi soir, la mère a confié qu'elle comptait bien y retourner d'ici à ce que la justice rende sa décision définitive.

Sur son site web, BFM TV revient sur l'affaire du squat de la maison dans les Alpes-Maritimes. Si cette histoire a suscité de nombreuses réactions, elle est loin d'être terminée puisque la mère qui y a passé 3 semaines en compagnie de son mari et de ses deux enfants compte bien y retourner. «Oui, je souhaite retourner dans cette maison. On voulait rester jusqu’à ce que la décision de justice soit prise. Donc on aurait préféré que la justice prenne la décision et nous dise elle-même de sortir ou non, mais pas la police et pas de cette façon», a-t-elle confié à la chaîne de télévision.

Elle a profité de son interview avec BFM TV pour revenir sur son éviction du logement. «Il y a eu une petite dispute entre moi et mon mari. Donc pour essayer de calmer les choses j’ai voulu prendre quelques affaires et partir un ou deux jours, juste histoire que les choses se calment». La chaîne de télévision précise qu'elle a fait appel à l'aide de la gendarmerie pour «récupérer des affaires». Si elle pensait pouvoir revenir dans le logement quand elle le voulait, les choses n'ont pas pris la tournure espérée. 

«Je n’ai plus accès au logement parce que quand j’étais à la gendarmerie ils sont venus me voir en me disant qu’il fallait absolument que je sorte toutes les affaires de la maison», a-t-elle raconté à BFM TV.  «Je leur ai demandé pourquoi car je comptais y retourner. Ils m’ont dit : "Non, on va ressortir toutes les affaires", et ils ont récupéré les clés. Ce que je conclus de tout ça, c’est que finalement, on a vraiment été mis à la porte, limite de force, par les gendarmes».

Si les Kastoulian, le couple de retraités à qui appartient cette maison, a pu enfin récupérer les clés de sa maison, rien ne dit qu'ils ne seront pas encore embêtés par cette famille de squatteurs qui n’a nulle part où aller. Pour son avocate Emilie Bender, elle se trouve «dans une situation de détresse sociale».

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFM TV · Crédit Photo: Adobe Stock