Nouvelles : La Finlande déploie des chiens renifleurs de coronavirus à l’aéroport

La Finlande déploie des chiens renifleurs de coronavirus à l’aéroport

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye Monde dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

En Finlande, des chiens renifleurs de coronavirus ont été disposés au principal aéroport international afin de mener un essai qui devrait être d'une durée de quatre mois. Les autorités souhaitent ainsi trouver une alternative facile et peu coûteuse afin d'identifier les voyageurs infectés.

C'est donc mercredi que les quatre chiens de différentes races qui ont été formés par l'Association finlandaise de détection des odeurs ont débuté leur séjour à l'aéroport d'Helsinki.

Anna Hielm-Bjorkman, professeur de médecine équine et animale à l’Université d’Helsinki, a expliqué à des médias locaux: "C’est une méthode très prometteuse. Les chiens sont très bons pour renifler. Si cela fonctionne, ce sera une bonne méthode de dépistage (du coronavirus) à n’importe quel autre endroit."

Selon la professeur, les hôpitaux, les ports, les maisons de personnes âgées, les sites sportifs et les événements culturels pourraient profiter d'un système de détection similaire mettant à profit l'odorat des chiens.

Alors que des chercheurs de plusieurs pays, dont l’Australie, la France, l’Allemagne, les États-Unis, étudient également les capacités des chiens en tant que détecteurs du coronavirus, l’essai finlandais est l’un des plus importants à ce jour.

Crédit photo: Adobe Stock

Hielm-Bjorkman a déclaré à l’Associated Press que la Finlande est le deuxième pays après les Émirats arabes unis - et le premier en Europe - à assigner des chiens pour renifler le coronavirus. Un programme similaire a débuté à l’aéroport international de Dubaï au cours de l’été.

Les passagers qui acceptent de passer un test gratuit dans le cadre du programme volontaire à Helsinki n’ont pas de contact physique direct avec un chien.

On leur demande de frotter une lingette sur leur peau qui est ensuite mise dans un bocal et donnée à un chien qui attend dans une cabine séparée. Les animaux participants ont déjà suivi une formation pour détecter le cancer, le diabète ou d’autres maladies.

Il faut seulement 10 secondes au chien pour que celui-ci soit en mesure de fournir un résultat en grattant avec sa patte, en se couchant, en aboyant ou en faisant connaître sa conclusion. Hielm-Bjorkman a expliqué qu'un test durait en moyenne moins d'une minute.

Enfin, si le résultat est positif, le passager est invité à subir un test de coronavirus afin de vérifier l’exactitude du diagnostic établi par le chien.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: Adobe Stock